fbpx

Cabaret électrique : Injection de bonne humeur

par

Par Elodie Cabrera – bscnews.fr/ Grise mine, pluie fine et ciel aigri, le Parisien n’est pas né sous une bonne étoile. Par chance, aux abords de la périphérie se dresse un chapiteau mystérieux sous lequel s’évapore la morosité. Bienvenue au Cirque Électrique.

Veston jaune paille et voix nasillarde de titi parisien, Monsieur Déloyal ouvre le bal, glisse quelques notes d’humour avant de faire entrer les artistes, les grands fauves du Cabaret Électrique. Tour à tour, se succèdent sur la piste une effeuilleuse burlesque, un prince du hula hoop, un Don Juan en lévitation sur ses sangles aériennes, etc. On retrouve la compagnie du Cirque Électrique presque au complet rejoint par quelques guests. Parmi eux, un duo et son numéro « La roue de la mort » : deux immenses cylindres métalliques solidement harnachés tournoient et, à l’intérieur, les acrobates courent et voltigent tels des hamsters. Sans filet de sécurité, hauts le cœur à la clé.

Seul le cirque connaît la recette miracle, l’équilibre parfait entre la peur et l’émerveillement. La force de celui-ci est d’avoir su créer une identité propre, punk, rock et d’une très grande sensualité. Après une tournée à Dakar, à Shanghai et à la Nouvelle-Orléans, le Cabaret Électrique est de retour à Paris où il s’impose comme un rendez-vous hivernal incontournable pour tous ceux qui veulent goûter à l’inconnu. Surprenant par son contenu, cette création l’est aussi par sa forme et ses sonorités où se mêlent guitares électriques, ballades aux accents latinos et versets poétiques. Le tout joué en live. Sous ce chapiteau sorti tout droit de l’univers burtonien, chaque numéro a sa propre mélodie, composée par le déjanté Tapeman et ses zikos.

À l’entracte, si la soif titille votre gosier, la troupe a tout prévu : vous pouvez savourer quelques godets au bar ou déguster le menu du chef, confortablement installé sur les tables au bord de la piste (réservation conseillée). Les serveurs ne sont autres que les artistes eux-mêmes. Elle est peut-être là la fameuse recette de ce cirque pas comme les autres : une ambiance à la fois familiale, festive et profondément subversive. À la fin de la représentation, les grises mines se sont sont éclipsées au profit de danses endiablées ; la pluie fine s’est transformée en nuée de paillettes. Et dans le ciel aigri, un croissant de lune ricanait. Légèrement grisé par la bonne humeur et le houblon.

Le site du Cirque Electrique

Le Cabaret Electrique

Du 31 janvier au 28 mars 2015

Au Cirque Electrique , Place du Maquis du Vercors, 75020 Paris, à 2min à pied de Porte des Lilas

Metro : Ligne 11 – Arrêt : Porte des Lilas / Tramway : T3b – Arrêt : Porte des Lilas

A voir aussi:

Cuisine et confessions? Préparez-vous à déguster un étonnant « repas-show » !

La famille Semianyki : une comédie made in Russie qui vous laissera échevelé de rire!

Cirque Électrique : « Steam » ou le pays des songes obscurs

Le vide ou le mythe de Sisyphe ingénieusement revisité

Tout le monde d’Hélène Ventoura

Off : du cirque qui réunit le corps et l’esprit

Le Cirque Plume, entre poésie et suspension

FoRest: une exploration poétique et sylvestre dans l’art du jonglage

Travelling Circus : la Cie Hors-Pistes et ses tapis roulants

Vortex : une métamorphose plastique superbe

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à