fbpx

La Cuisine Amoureuse de Jean Varela: à consommer sans modération!

par

Par Julie Cadilhacbscnews.fr/ Photo: Marie Clauzade/ Dionysos ( doublement sollicité!) et Déméter, déesse nourricière, nous invitent à un « conte d’une nuit, une fable-repas » où l’heure du fourneau s’arrose avec l’heure des trois coups. Jacques Allaire, maître d’hôtel de circonstance, Jean Varela, serveur sublunaire ,Mme Varela, chef cuisinière et Maguy Garcia, commis de cuisine, concoctent une soirée al dente.

L’illusion est telle qu’on croit sentir les fours, dans l’ombre, derrière la porte, rougir. Les cuivres étinceller. Les gâteaux pyramider. Un coup de feu vespéral. Une pièce de théâtre synesthésique inoubliable! Et si Jean Varela est seul au service, les corps des spectateurs-convives figurent une bousculade de marmitons effarés tout à fait vraisemblable: cuisinier de talent, gâte-sauce, comment savoir ce que prépare le Directeur du Printemps des Comédiens pour cette Cuisine Amoureuse? Jacques Allaire a ciselé une mise en scène culottée dans laquelle le coeur s’échauffe, flambe, foisonne de mots précieux, frémit, se modèle puis se candit doucement dans le creux moelleux d’un fauteuil. Chacun sait que les meilleures recettes font l’objet d’une transmission discrètement familiale, qu’elles restent jalousement gardées…et c’est peut-être moins par égoïsme que par désir de leur préserver une authentique saveur. L’exception fait le prix de toute chose et chacun des protagonistes de cette soirée se rend complice de ce cadeau offert au public. La recette de la cuisine amoureuse se doit de la même façon de devenir un secret bien gardé du spectateur! Dévoiler un ingrédient, révéler ce qui épice est un acte individualiste et dommageable tant on a plaisir à se laisser porter. Oui, on se sent bien au chaud dans l’office du directeur du théâtre du Printemps des Comédiens et honoré, touché par cette volonté de se mettre au service, le temps d’une soirée, de ceux qui font aussi partie intégrante du théâtre: les spectateurs. Alors oui, on ne vous dira rien ,espérant fortement que vous aurez le bonheur de vivre ces presque quatre heures en compagnie de Jean Varela. Après une mise en bouche tonique , dans le cadre majestueux du chateau d’Ô, leDomaine d'Ô Grand Chef campe un être qui a moralement ses élégances et fait montre d’un talent de comédien épatant et d’une extraordinaire générosité . Dans ce spectacle tout entier voué au plaisir et à l’art culinaire, on saluera d’abord Carmen Varela à la voix touchante dont la présence sensible émeut par cette stoïque bienveillance qui s’attache à son sourire, puis Jacques Allaire au génie bien pansu et enfin le brillant Jean Varela à l’immense charisme. Au coeur du château du domaine d’Ô, l’on est heureux d’être de ceux qui ont le privilège de participer à cette pièce montée 4 étoiles aux commandes d’un « biterrois de Bergerac » -et surtout pas piscénois attention! -qui nous fait monter bien haut et « presque  » tout seul ….Comme le champagne, cette pièce iconoclaste pétille, invite à rire et à partager, à croquer dans la vie autant qu’à consommer sans modération le verbe… S’il en est un seul qui n’adhère pas – papilles, cœur et âme à ce spectacle où la bonne humeur est contagieuse entre deux ballets de verres et d’argenterie -, qu’on l’entripaille, qu’on le désosse et qu’on le déplume! Inspiré, bougon, joueur, agressif, amical, descriptif, curieux, gracieux, truculent, prévenant, tendre, cavalier, emphatique, dramatique, admiratif, lyrique, respectueux… Jean Varela nous sert lui-même ces folles plaisanteries et autres délices de toutes matières et l’on ne souhaiterait assurément pas qu’un autre nous les serve!!!

Titre: La Cuisine Amoureuse

Texte et mise en scène: Jacques Allaire

Interprétation: Jean Varela

Repas concocté par Carmen Varela

Assistée de Maguy Garcia

Pâtisseries ( délicieuses!) préparées par Luc

Les 29,30 mai 2012 et 1,3 et 4 juin 2012 au Château d’O lors du Festival du Printemps des Comédiens

A lire aussi:

Jacques Allaire: l’engagement artistique dans la liberté pour quoi faire?

Imbéciles! Ne voyez- vous donc pas que l’humanité est en voie d’extinction?

Dan Jemmett: Trois Richard pour un Richard III au Printemps des Comédiens


Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à