fbpx

Désir d’horizons : Salia Sanou danse pour les réfugiés

par

Par Romain Rougé – Dans le cadre du 36ème festival Montpellier Danse, Salia Sanou, danseur chorégraphe burkinabé, a présenté sa nouvelle création, Du désir d’horizons. Une oeuvre engagée, inspirée de son expérience dans les camps de réfugiés.

Nous sommes devant la scène de l’Opéra Comédie, à Montpellier. La méditerranée n’est pas loin, la « grande bleue » dans laquelle se joue chaque jour des drames humains. Du désir d’horizons a pour sujet les réfugiés, à qui Salia Sanou dédie sa création. Le rideau s’ouvre sur une danseuse, seule, qui gesticule dans un silence de mort. Cette dernière est vite rattrapée par une troupe aux allures et identités plurielles. Des migrants, transformés en un amas d’humains qui roulent littéralement sur le plancher, échoués sur la plage scénique. Les lits, objets-symboles des camps de réfugiés, occupent l’espace : ici, ils seront le matériel de souffrance à défaut de repos et finiront dans un bucher imaginaire pour incarner ce « désir d’horizons ».

Montpellier Danse : entre grâce et réflexion philanthropique, Salia Sanou place le spectateur au coeur des tragédies humaines

Salia Sanou s’est inspiré de son expérience au sein d’une mission au Burundi pour monter ce spectacle. « Pendant une semaine, j’ai travaillé dans un camp de réfugiés avec les artistes qui interviennent au sein du programme Refugees on the Move », précise l’artiste. Sur scène, les éléments marquants encrés dans sa mémoire sont matérialisés en chorégraphies. Les conditions de vie dans les camps, les espoirs et les peurs des réfugiés, les habitats sommaires : tout est dans chaque bras, chaque jambes et chaque corps des danseurs. Une représentation de l’âme par le corps. Entre grâce et réflexion philanthropique, la création de Salia Sanou place le spectateur au coeur des tragédies humaines. C’est aussi cela la culture, faire réfléchir en étant poétique. La danse qui migre vers l’engagement est accueillie à bras ouverts.

Du désir d’horizons
Compagnie Mouvements perpétuels
Conception et chorégraphie : Salia Sanou
Scénographie : Mathieu Lorry Dupuy
Administration et production : Stéphane Maisonneuve

Festival Montpellier Danse
Du 23 juin au 9 juillet 2016
Montpellier
www.montpellierdanse.com

© Stéphane Maisonneuve

A lire aussi dans Danse :

Jean-Paul Montanari : « Être curieux, c’est basculer dans l’univers de la danse »

What does the Body Does Not Remember : 25 ans et pas une ride!

Nesma : « la musique est l’âme de la chorégraphie »

La magie de Béjart n’a rien perdu de son charme … et Le Presbytère de son attrait!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à