fbpx

Jacques Weber : un Harpagon peu convaincant

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Si l’on ne remet pas en doute le talent du grand homme de théâtre qu’est Jacques Weber, beaucoup s’accorderont à dire que certains rôles lui siéent mieux que d’autres et qu’en Harpagon, il ne convainc pas.

 

Jean-Louis Martinelli a choisi pour cet Avare un cadre contemporain dans lequel sont faits quelques clins d’œil – pas toujours heureux- au théâtre classique. Jacques Weber y incarne un homme que l’âge et la cupidité font décliner, un veuf irascible et porté sur la bouteille.  » De tous les humains, l’humain le moins humain » agit avec un égoïsme effrayant et cherche à satisfaire ses caprices lubriques de vieillard au mépris du bonheur de ses proches, et surtout de son fils amoureux en secret de la jeune femme qu’Harpagon veut épouser. Jacques Weber, son sourire charmeur et son flegme naturel, donne à ce Pantalone moderne un visage inhabituel – parfois séduisant – mais qui ne réussit à s’imposer dans toutes les scènes.Si l’on est franc, lors du monologue célèbre « Au voleur », sa prestation manque autant de naturel que de crédibilté. Autour de lui? Une distribution fort inégale! Si Rémi Bichet et Sophie Rodriguez tirent leur épingle du jeu en Valère et Élise, il n’en va pas de même pour Marion Harlez Citti qui ne séduit que par sa robe décolletée. Frosine (Christine Citti), de son côté, entremetteuse à la vulgarité perchée sur talons hauts, n’enchante guère non plus ; quant à Paul Minthe, il a une gestuelle aussi décalée et  » précieuse » que risible…Bref, comme dit Maitre Jacques – un Vincent Debost assez convaincant – :  » Peste soit de la sincérité ! » mais s’il y a , dans cet Avare,  » des idées, des façons » de mise en scène, rien ne laisse un souvenir impérissable pour quiconque asseoit régulièrement son postérieur sur un fauteuil de théâtre. L’on venait pour Weber, l’on ressort sur sa faim. Le nom était convoqué mais l’on en a vu qu’une pâle apparition à la diction parfois inaudible….

L’Avare
Mise en scène: Jean-Louis Martinelli
Scénographie: Gilles Taschet
Lumières: Jean-Marc Skatchko
Costumes: Ursula Patzak
Maquillage-coiffure: Françoise Chaumayrac
Avec Jacques Weber, Alban Guyon, Marion Harlez Citti, Rémi Bichet, Christine Citti, Jacques Verzier, Sophie Rodrigues, Vincent Debost, Azize Kabouche, Paul Minthe

Dates de représentation:
– Les 28 et 29 avril 2015 au Théâtre de Béziers- en partenariat avec Sortie Ouest (34)

– Le 12 mai 2015 à 19h30 au Théâtre de L’Octogone – Pully

– Du 19 au 21 mai 2015 à La Rochelle (La Coursive)

– Le 26 mai 2015 à Mérignac (Le Pin Galant) 

– Le 2 juin 2015 à Privas

A voir aussi ( ou pas):

Ivanov de Luc Bondy : une inexorable descente vers l’ennui

Daisy : Rodrigo Garcia met « les cafards à l’abri sous les mots »

Fair Play : Patrice Thibaud, un auguste sportif désopilant

Le malade imaginaire de Michel Didym : une comédie dont vous vous passerez bien!

Plume : un spectacle coloré et entraînant de la Cie Méli Mélodie

Zigmund Follies : laissez-vous embrigader par les menottes de la Cie Philippe Genty

Le faiseur des Tréteaux de France : une comédie impayable !

Pierre Barayre : Jacques, son maître, la gourde, la montre et la tabatière

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à