fbpx

Lamine Lezghad : de l’humour trash sans limite ni tabou

par

Par Mélina Hoffmann –bscnews.fr/ Lamine Lezghad n’aurait pas pu trouver meilleur titre comme teaser de son spectacle ! Au moins avec ça, on sait à quoi s’attendre ! Alors si vous n’aimez que l’humour gentillet et politiquement correct, mieux vaut vous épargner le déplacement. Idem si vous voulez emmener le petit dernier au théâtre, ce one-man show n’est absolument pas fait pour lui. Ici, rien d’autre que de l’humour trash, sans limites ni tabou, et délicieusement assumé !

Dans la lignée d’un Jérémy Ferrari ou d’un Mathieu Madénian, ce jeune humoriste très talentueux, qui signe ici son deuxième one-man-show, compte bien nous convaincre pendant un peu plus d’1h qu’il faut savoir rire de tout ! Juifs, musulmans, chinois, noirs, nains, vieux, handicapés, célébrités, suicide, viol, pédophilie… Et oui, on a bien dit « de tout » ! Autant vous dire que, si dès les 15 premières minutes vous êtes choqué par ce que vous entendez, respirez un bon coup et prenez un peu de recul (ou bouchez vous les oreilles !), car ce que vous allez entendre après sera encore bien pire ! Mais rappelons-le, il s’agit d’humour, et ça fait du bien de pouvoir s’éloigner – l’espace d’un spectacle – de la gravité du monde, sans ne plus se prendre au sérieux.
Et là où Lamine Lezghad est particulièrement fort, c’est dans la manière parfaitement assumée dont ses sketchs ne s’enchaînent pas ! Là où la majorité des humoristes tentent plus ou moins efficacement de créer un lien entre leurs sketchs, Lamine, lui, accentue ce « non-enchaînement » et en joue avec intelligence, n’hésitant pas à aller crescendo dans les thèmes abordés. Il parvient ainsi à créer une véritable attente chez le spectateur qui se demande à quel point ce qui va suivre va pouvoir être encore pire que ce qu’il vient d’entendre !

Et on se laisse aller à rire des pires horreurs, en savourant l’aisance et le naturel relativement exceptionnels de l’humoriste sur scène, qui lui permettraient de pouvoir parler de n’importe quoi sur n’importe quel ton sans perdre une miette de notre attention ! La qualité de l’écriture n’y est pas pour rien non plus.

Un spectacle aussi grinçant qu’excellent donc, qui apporte une appréciable touche de légèreté dans le quotidien !

Lamine Lezghad est le roi des enc***

A la Comédie des Boulevards.
Les samedis à 19h.
Jusqu’au 25 avril 2015

A voir aussi ( ou pas…):

Le prisonnier du Château d’If: un bel échange théâtral entre deux condamnés

Al-Zîr Hamlet: une pièce audacieuse mais qui manque d’osmose

Les Voyages Fantastiques? « Attention, on tourne du Jules Verne! »

Cockpit Cuisine : des bricoleurs-rêveurs au théâtre du Grand Parquet

Les Eaux Lourdes: Elizabeth Mazev ressuscite magistralement la démence de Médée

Cendres : Quand la douce folie nous consume

Zazie dans le métro: une histoire loufoque à la mise en scène culottée

Les souris de Steinbeck peuvent dormir sur leurs deux oreilles, les hommes de théâtre veillent au grain

Sans Valentin : une comédie romantique qui porte un regard décomplexé sur l’homosexualité

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à