fbpx

French Cancan : laissez-vous entraîner par l’esprit de Paris

par

Par Soisic Belin –bscnews.fr/ Froufrous, dentelles, corsets et tourbillon dans cette maison close du 9ème arrondissement de Paris.

Voilà en quoi se transforme Le Palace : en bordel, mais quel beau bordel !! La tenancière (Claudia Mauro) ,de sa voix d’opérette, livre ses filles aux plus loquaces des ténors (Gilles San Juan et Régis Mengus) et aux plus pipoteurs. Les tableaux s’enchainent avec fluidité, les scènes loufoques précèdent les romantiques, les jambes se voilent et se dévoilent. Les chanteuses «Mimi pat’en l’air» (Agnès Pat) et «la veuve noire» (Prisca Demarez) nous content des histoires : celles de leurs amours déchues, les légèretés de la vie, les plaisirs inavoués et les secrets d’alcôve. Cette revue nous ramène à cette époque insouciante où la légèreté et la joie de vivre étaient les maîtres mots. 1850 : un entre-deux guerres. Paris s’amuse et construit son image romantique. Le quadrille, ancêtre du cancan, est à la mesure du phénomène : dynamique, farfelu et propre à la séduction; une danse qui évolue et devient rapidement l’hymne d’un pays, la France, et s’associe à une musique, celle d’Offenbach, anticonformiste et propre à la débandade. Eymeric François, le costumier, fait de chacun des vingt acteurs de ce cabaret un personnage unique en jouant sur l’anachronisme des tenues, alternant tradition, nostalgie et modernisme. Une belle réussite : 1h 15 de «peps» que l’on doit à Jacques Duparc (metteur en scène) et Marie Valton ( chorégraphe).

Le Palace

Le Palace8, Faubourg Montmartre – 75009 Paris

A partir du 19 mars et jusqu’à fin avril 2013.

A découvrir aussi:

Ce que les enfants racontent à leurs parents quand ils dorment

J’ai bêtement perdu Mariette à cause d’un sanglier qui aimait Chopin : Bienvenue en Rabelaisie !

Mais qu’est ce qu’un porteur d’Histoire?

Deux Feydeau pour rire du 19ème

Ita L. née Goldfeld : l’interprétation bouleversante d’Hélène Vincent

Collaboration ou les sens d’une vie

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à