fbpx

En avant, marche! : un hommage pittoresque à l’esprit des fanfares

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ En 2012, le musée gantois Huis van Alijin avait monté une exposition qui donnait à voir des photographies et des pièces du patrimoine d’hier et d’aujourd’hui autour du thème de la fanfare. Les metteurs en scène Frank Van Laecke et Alain Platel ont décidé à leur tour de rendre hommage à la tradition de ces associations musicales. Sept musiciens et quatre comédiens, inspirés par la musique XIX et XXeme siècles, Ludwig Van Beethoven, Giuseppe Verdi ou encore Gustav Mahler, y jouent une partition, souvent mélancolique, résolument singulière.

Chaotique ou ordonné, solennel ou familier, entraînant ou languissant, les multiples visages d’une troupe se dessinent et s’effacent au gré des minutes passées en sa compagnie. Truffée d’inventivité, cette pièce est véritablement un « objet » à contempler et à entendre dans lesquels la scénographie jouant sur plusieurs niveaux met en exergue des fenêtres de vie, les costumes et la présence des majorettes accentuent le côté nostalgique et désuet. L’amour, le sexe, la fraternité, les adieux, la plaisanterie, la joie d’être ensemble..Ici c’est le pouls de la vie qui bat la mesure, peut-être avec un tempo qui mériterait d’être davantage enlevé…mais ce qui est sûr, c’est qu’il bat avec conviction et justesse et l’on se surprend souvent à rester contemplatif devant les envolées lyriques et truculentes de cette communauté d’êtres réunis pour l’amour de la musique et de la fête.
Si l’on ne comprend pas bien toutefois la nécessité de la vulgarité des majorettes qui affichent sur le plateau une image féminine d’un manque d’élégance et de tenue affligeant – qui n’apporte rien au propos -, l’acteur principal et sa bedaine de circonstances charme par son côté caméléon qui superpose les langues, jongle de l’interprétation vocale à la danse, du clown à l’acrobatie. Les sept musiciens principaux forment également un chœur complice et attrayant, tantôt témoins passifs des pulsations de vie qui envahissent le plateau, tantôt acteurs de cette comédie dramatique.

Une parade théâtrale et musicale qui séduira tous les nostalgiques et lassera sans doute tous ceux qui n’adhèrent pas à la propension flamande au lâcher-prise et au franc parler.

En avant, marche!

Mise en scène : Frank Van Laecke et Alain Platel
Composition et direction musicale : Steven Prengels
Créé et joué par :
Chris Thys, Griet Debacker, Hendrik Lebon, Wim Opbrouck, Gregory Van Seghbroeck (basse tuba), Jan D’Haene (trompette), Jonas Van Hoeydonck (trompette), Lies Vandeburie (bugle), Niels Van Heertum (euphonium), Simon Van Hueting (cor), Witse Lemmens (percussion)
et le collectif Fanfares d’Oc : la Fanfare du Comptoir, Lorkes 974, la Fanfare Toto, Chofar away, Les Brigades du Cuivre, la Fanfare Paradix, la Fanfare Anti-Stress, la Fanfare des Goulamas.

Dramaturgie : Koen Haagdorens
Interprétation du paysage sonore enregistré :
KMV De Leiezonen sous la direction de Diederik De Roeck
Assistance à la mise en scène : Steve De Schepper
Éclairage : Carlo Bourguignon
Son : Bartold Uyttersprot
Scénographie : Luc Goedertier
Costumes : Marie ‘Costume’ Lauwers
Réalisation costumes : atelier NTGent conduit par An De Mol
Régisseurs plateau : Stefan Jansen, Wim Van de Cappelle
Direction de production : Marieke Cardinaels, Valerie Desmet
Responsable de tournée : Steve De Schepper
Contact : www.fransbrood.com
Photo : Stephan Vanfleteren
Coproduction : Printemps des Comédiens

Les dates:

Les 22 et 23 juin 2015 au Printemps des Comédiens – Montpellier – Domaine d’Ô

A lire aussi:

Go down, Moses : la parabole assourdissante et énigmatique de Romeo Castellucci

Les Fausses Confidences de Luc Bondy: mais où est passé le marivaudage ?

L’oiseau vert : un enchantement théâtral!

La Compagnie Marius : un Figaro convivial et décalé

Benjamin Lazar : Le Dibbouk, un ambitieux projet à alléger d’urgence

Teahouse : Comment le Pays du milieu intègre le marionnettiste et sa culture ?

La Tsigane de Lord Stanley: Venez-voir les Bohémiens qui arrivent !

La carte du temps: un triptyque contemporain sur le Moyen-Orient

Impressions d’un songe: un puzzle initiatique entre rêve et réalité

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à