fbpx

Go down, Moses : la parabole assourdissante et énigmatique de Romeo Castellucci

par

Par Julie Cadilhac –bscnews.fr/ Il est des noms dont l’on attend sans doute trop. Le  » Go down, Moses » de Romeo Castellucci, l’un des metteurs en scène les plus en vue du théâtre avant-gardiste européen, déçoit parce qu’il semble qu’il cède, selon les scènes, à la facilité d’un symbolisme nébuleux. Comment expliquer cette turbine assourdissante sur laquelle viennent d’enrouler successivement des perruques féminines? Que représentent ces badauds qui ouvrent la pièce par leurs déambulations énigmatiques? Et même s’il existe une explication, quel intérêt ont cette machinerie et ce tableau introductif s’ils semblent illisibles au premier abord et qu’ils ennuient?

Si l’on reconnaît la qualité plastique de cette œuvre et notamment celle de la scène finale, qui plonge admirablement le spectateur à la naissance de l’humanité, si l’on s’accorde à dire que cette parabole, d’inspiration biblique, transposée dans un cadre spatio-temporel contemporain est troublante et si enfin l’on reconnaît que les thèmes abordés exsudent d’une violence originelle et d’une humanité troublante, le tout reste cependant décousu, physiquement épuisant et somme toute inachevé.
A l’issue de la représentation, le sang a coulé, les prophéties ont été entendues et menacent mais le théâtre, lui, n’a pas réussi complètement à transcender.

Go down, Moses

Mise en scène, décors, costumes, lumières : Romeo Castellucci
Musique : Scott Gibbons
Textes : Claudia Castellucci, Romeo Castellucci
Avec : Rascia Darwish, Gloria Dorliguzzo, Luca Nava, Stefano Questorio, Sergio Scarlatella et avec 3 figurants

Collaboration à la scénographie : Massimiliano Scuto
Assistante à la création lumière : Fabiana Piccioli
Responsable de la construction des décors : Massimiliano Peyrone
Sculptures en scène, prothèses et automatisations : Giovanna Amoroso, Istvan Zimmermann
Réalisation des costumes : Laura Dondoli
Assistant à la composition sonore : Asa Horvitz
Photo : Guido Mencari
Coproduction : Printemps des Comédiens

Extraits de musique dans le spectacle :
“O Heavenly King”, composé par Alexander Knaifel, joué par Oleg Malov et Tatiana Melentieva
Album : “Alexander Knaifel” : Shramy Marsha, Passacaglia, Postludia – Megadisc, 1996
“Wade in the Water”, composé par John Wesley Work II et Frederick J. Work, joué par Empire Jubilee Quartet
Album : “Take Me To The Water” : Dust-to-Digital, 2009

Les dates:

– Du 16 au 18 juin 2015 au Printemps des Comédiens, Montpellier

A voir aussi ( ou pas…):

Les Fausses Confidences de Luc Bondy: mais où est passé le marivaudage ?

L’oiseau vert : un enchantement théâtral!

La Compagnie Marius : un Figaro convivial et décalé

Benjamin Lazar : Le Dibbouk, un ambitieux projet à alléger d’urgence

Teahouse : Comment le Pays du milieu intègre le marionnettiste et sa culture ?

La Tsigane de Lord Stanley: Venez-voir les Bohémiens qui arrivent !

La carte du temps: un triptyque contemporain sur le Moyen-Orient

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à