fbpx

Zigmund Follies : laissez-vous embrigader par les menottes de la Cie Philippe Genty

par

Par Elodie Cabrera – bscnews.fr/ Sur sa tête, un chapeau haut de forme surplombé d’un index magique et têtu. Conteur à temps complet, le héros de « Zigmund Follies » se joue des mots, les tord, leur fait prendre des virages à 180° et le public s’amuse de ces palinodies de langage. Ce bricoleur d’histoires confie se sentir parfois épié par sa main gauche. Elle fouille ses poches, son portefeuille, et lorsqu’il la prend la main dans le sac, cette dernière se transforme en revolver. Désormais captif, il est malgré lui entraîné dans un monde imaginaire.

Dans cet univers bigarré, proche de celui imaginé par Lewis Caroll, on croise Félix Nial, agent de la police secrète, un ministre venu de « l’Intérieur », un trou de mémoire, des mots à la dérive ayant trouvé refuge sur une île, un sous-marin WC et d’autres créatures cinglées. Pour en réchapper, il doit trouver la fermeture éclair, une porte d’entrée proche de la sortie. Elle est si étroite que notre faiseur de métaphores doit rapetisser pour l’emprunter. Le voilà pas plus haut que la paume d’une main, armé de son doigté et de sa verve à nulle autre pareille, lancé dans une course poursuite qui l’emporte jusqu’au vaste océan des souvenirs.

Ce spectacle complètement loufoque, présenté au Théâtre du Grand Parquet en mars dernier, revient sur les planches pour quatre dates exceptionnelles. À ne manquer sous aucun prétexte. D’abord pour la finesse du texte, piquée de jeux de mots, ensuite pour la dextérité des marionnettistes, dont le talentueux Eric de Sarria. L’inventivité de la scénographie offre l’illusion d’une quantité de lieux, si bien que le décor miniature se transforme au gré des péripéties. La Compagnie Philippe Genty, incontournable dans le théâtre de rue et d’objets, s’adresse depuis ses débuts à notre subconscient. Matérialisant l’onirisme, cette terre lointaine où naissent les plus belles aventures, « Zigmund Follies » donne vie à l’un des plus grands fantasmes : le rêve éveillé.

Zigmund Follies

Compagnie Philippe Genty
Mise en scène : Philippe Genty
Assisté de : Mary Underwood
Interprètes : Eric De Sarria et Philippe Richard

Dates des représentations:

– au Théâtre du Grand Parquet ( Paris) du 2 au 5 avril 2015

– à Cosne-sur-Loire ( 58) le 9 avril 2015

A lire aussi:

Le faiseur des Tréteaux de France : une comédie impayable !

Pierre Barayre : Jacques, son maître, la gourde, la montre et la tabatière

Le jour du grand jour : une oraison nuptiale d’une intense poésie

L’illustre comédien tapissier : une fantaisie burlesque de Luc Miglietta sur la genèse d’un génie dramatique

Days of nothing : le portrait pertinent d’un artiste en résidence scolaire signé Fabrice Melquiot et Matthieu Roy

Little Boy: une tragicomédie qui utilise le rire pour combattre la folie humaine!

Les Enfants du soleil: une pièce confuse et léthargique

La mélancolie des dragons: aussi désopilant que poétique!

Le Révizor en mode burlesque? Un sans-faute pour la Compagnie Toda Via Teatro

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à