fbpx

Scapin? Une pièce sémillante portée par un valet hyperactif!

par

Par Florence G.Yérémian – bscnews.fr/ Octave et Léandre sont deux jeunes seigneurs beaux et fringuants. Malgré leur haut rang, Léandre est tombé amoureux d’une bohémienne nommée Zerbinette, quant à Octave, il a secrètement épousé Hyacinthe, une orpheline aussi pauvre que séduisante. Ces mésalliances ne conviennent absolument pas à leurs vieux pères qui refusent catégoriquement de voir leur descendance braver les interdits sociaux pour aller s’amouracher de donzelles sans nom ni fortune. Face au double courroux paternel, les jouvenceaux sont désemparés. Ils font alors appel à la hardiesse et à la fourberie de Scapin : valet rusé et sans scrupule, ce dernier ne va pas hésiter à forger les stratagèmes les plus abracadabrants pour faire fléchir le dictat patriarcal.

C’est avec entrain et enthousiasme que la compagnie du Grenier de Babouchka revisite cette succulente comédie de Molière : entre le bel Octave (Sébastien Gorki) paré de dentelles et de couardise, l’excellent Léandre (Constantin Balsan) aussi fier que drôle et le laquais Sylvestre (David Mallet) paradant maladroitement sous son morion espagnol, ces allègres comédiens transportent leur public dans un flot de rires et de bonne humeur. Face à la toute puissance des aïeux et des mariages arrangés, ils imposent leur fraiche insouciance et leur adorable naïveté. Pour mener à bien cette amusante rébellion, l’énergique Kamel Isker s’est emparé du rôle titre de Scapin avec une impressionnante vivacité: tout au long des trois actes, il jongle avec les répliques, passe de l’accent britannique au japonais, bondit, chute, virevolte et s’amuse à taquiner son tamtam autant que les nerfs des pauvres Géronte (Patrick Clausse) et Argante (Pierre Benoist). Ces deux compères, aussi avares que bougons, nous font songer à d’obsolètes pièces de damiers embourbées dans leurs traditions : coincés entre leurs énormes fraises et leurs drôles de calottes, ils ruminent après la jeunesse, pestent contre les galères, se font plumer à tout va et finissent tout de même par se soumettre aux caprices de l’amour et du hasard.
Malgré des dialogues un peu précipités et un débit de paroles parfois trop rapide pour les plus petits, toute la salle se laisse captiver par les imbroglios de cette farce à l’italienne: entre les cris, les claques, les traitrises et les confessions, pas une minute ne se perd! Pour sa mise en scène, Jean-Philippe Daguerre a justement choisi de conserver la dimension excessive et burlesque propre à la commedia dell’ arte: les spectateurs ont ainsi droit à une profusion de chutes, de coups de bâtons et de jurons, sans parler des multiples apartés qui instaurent une très belle complicité entre la scène et la salle. Enveloppé d’un décor simple et de costumes subtilement déclinés en noir et blanc pour différencier les clans familiaux, ce spectacle est une plaisante adaptation de la pièce de Molière qui n’hésite pas à agrémenter ses actes et sa prose de suaves ballades espagnoles: « Besame, besame mucho… »
Emmenez-y vos enfants dès 6 ans: il n’est jamais trop tôt pout les initier au répertoire classique!

Les fourberies de Scapin
De Molière
Mise en scène : Jean-Philippe Daguerre
Avec les comédiens du Grenier de Babouchka : Kamel Isker, Pierre Benoist, Patrick Clausse, Sébastien Gorki, Constantin Balsan, Agathe Sanchez, Jeanne Chérèze et David Mallet.

Théâtre Michel
38, rue des Mathurins – Paris 8e
M° Madeleine – Havre Caumartin

Prochaines dates au Théâtre Michel :
Le 13/03 à 14h, le 20/03 à 14h, le 15/03 à 20h45, le 26/03 à 14h.
Le 03/04 à 14h, le 16/04 à 14h, le 18/04 à 14h, le 20/04 à 14h, le 22/04 à 14h,
le 25/04 à 14h, le 27/04 à 14h, le 29/04 à 14h, le 30/04 à 14h, et le 07/05 à 14h

Du 29 octobre au 31 décembre 2014 et reprise du 1er mars au 23 avril 2015
Samedi et dimanche à 14h
Locations; 0142653502

A voir aussi ( ou pas…):

Simone « veille » ? Une réjouissante comédie sur l’émancipation des femmes et ses dérives…

Lilly : une pièce comme une bulle de savon qui éclate en plein visage

Quatre minutes? Une partition inégale au final explosif

COMBAT: une pièce de boucher servie par un superbe plateau d’écorchés

Christine Farré ressuscite Camille Claudel en taille directe

Femme japonaise / Femme musulmane: même combat?

Faute d’impression : un voyage intérieur qui questionne

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à