fbpx

Pascal vs Descartes: double joute chez les Mesguich!

par

Par Florence G.Yérémian – bscnews.fr/ Un après-midi de septembre 1647, René Descartes a rencontré le jeune Pascal au sein du couvent parisien des Minimes. De cette unique conversation entre les deux plus grands philosophes de ce siècle, rien n’a filtré exceptées quelques notes laissant sous-entendre leurs multiples désaccords. Séduit par cette confrontation historique, le dramaturge Jean-Claude Brisville en a conçu un magnifique texte opposant en quelque sorte les arguments de la Foi à ceux de la Raison. Cette oeuvre a été mise en scène pour la première fois en 1985 au Petit Odéon avec Daniel Mesguich dans le rôle de Blaise Pascal. Pour notre plus grand plaisir, la voici de retour, vingt ans après, au Théâtre de Poche: Avantageusement patiné par les années, Mesguich a cédé sa place à son propre fils, William Mesguich; il s’est, quant à lui, approprié avec une grande justesse les traits du vieux Descartes…

La pièce prend place chez Descartes dans un décor sombre et minimaliste. Assis autour d’une simple table, les deux philosophes échangent quelques politesses avant de se laisser graduellement porter par leurs doutes et leurs idéaux. La joute est lancée: quelle est la nature du vide? Quelles certitudes la science peut-elle apporter aux mortels ? Qui peut encore prétendre à l’état de grâce devant le Seigneur tout puissant? … Dans ce dialogue où chacun se livre et se découvre, transparait délicieusement l’esprit libre et rationnel de René Descartes. Grand voyageur et amateur de bonne chair, ce sage en exil a de toute évidence soif de vie et de vérité. Devant sa figure sereine et quasi paternelle, l’irritable Pascal nous fait, quant à lui, tristement songer à un acharné mystique ne pouvant se complaire que dans sa propre mort. Rongé par la rigueur du Jansénisme, cet enfant précoce a sacrifié son génie scientifique pour se plonger corps et âme dans les affres de la religion: avec l’exaltation de ses 21 ans, il n’hésite pas à mettre les sciences en accusation, refuse catégoriquement de se distraire et craint jour et nuit pour son propre salut. Un acharnement si catégorique chez un être aussi lucide que Pascal nous indispose voire, nous révolte. Pourquoi un tel prodige de la mathématique s’est-il ainsi laissé happer par l’obscurantisme de la religion? Pourquoi son amour de Dieu l’a t-il contraint à déprécier autant sa véritable existence? Le fait de savoir que l’on va mourir doit-il à ce point empêcher les hommes de vivre??? A défaut d’être obsolète, un tel discours ne peut qu’avoir une très forte résonance dans notre monde actuel; à une époque où le doute s’immisce graduellement dans nos consciences et où la plupart d’entre nous semblent vouloir se retourner vers la religion, il est important de se questionner sur les conséquences possibles de ces choix afin de ne pas tomber dans le fanatisme…Cet entretien virtuel entre Pascal et Descartes ne doit donc pas seulement être perçu comme une oeuvre théâtrale. C’est aussi un message moraliste et philosophique superbement porté par deux grands acteurs. Egal à lui-même, Daniel Mesguich incarne Descartes avec finesse et élégance. De sa voix d’aède, profonde et persuasive, il nous imprègne de cartésianisme en tentant d’attirer Pascal vers des chemins moins obscurs. Ponctuant savoureusement son discours d’anecdotes et de saillies ironiques, il dégage une séduisante insouciance mêlée de bon sens. Dans un tout autre registre, le rôle de Blaise Pascal est admirablement interprété par son fils, William Mesguich. Le teint blafard, la bouche sèche et le verbe aride, ce jeune comédien parvient à se réincarner avec ferveur dans les traits d’un être fébrile et torturé par sa foi.
Au delà du superbe face à face philosophique entre le vieux jésuite et l’enfant de Port Royal, on se délecte de la complicité théâtrale prenant place entre le père et le fils Mesguich. Pas de vainqueur dans cette joute familiale car, vous l’avez compris, non seulement les deux acteurs se valent mais ils portent le verbe haut, très haut! Pascal / Descartes? On en redemande!

PASCAL DESCARTES
L’entretien de M.Descartes avec M.Pascal le jeune
De Jean-Claude Brisville
Mise en scène Daniel Mesguich et William Mesguich
Avec Daniel Mesguich et William Mesguich

Théâtre de Poche Montparnasse
75, boulevard du Montparnasse – Paris 6e
Jusqu’au 2 novembre 2014
Du mardi au samedi à 19h
Le dimanche à 17h30
Réservations: 0145445021

En tournée:

– Le lundi 16 février 2015 au Centre de congrès à 19h30 – Val d’Isère

– Reprise au Théâtre de Poche ( Paris) du 21 avril au 23 juin 2015
Relâches les 26 avril et 19, 23, 26 et 28 mai

A lire aussi:

La nouvelle pièce de Lilian Lloyd va vous faire lâcher prise!

J’ai tout : séquestration mentale et dialogue de sourd

Les Cartes du Pouvoir? Une primaire théâtrale!

La Tempête? Il est temps d’initier vos enfants à Shakespeare !

Lettre à France : le Seul en scène de Réda Seddiki

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à