fbpx

Vivre ! : une pièce plus convaincante sur la forme que sur le fond

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ « Je veux vivre ! », c’est par ces mots que la pièce commence. S’ensuit une liste de métaphores poétiques, une accumulation de mots qui s’écoutent autant qu’ils se touchent, se sentent, se goûtent…Sur scène, au pied d’un grand arbre, c’est un homme qui se confie, se met à nu, nous exprime ses doutes, ses craintes, ses angoisses.

C’est aussi un chevalier errant qui combat le dragon dissimulé à l’intérieur de lui. Et puis, de temps à autre, portée par de sublimes et puissantes musiques, une danseuse entre en scène pour exprimer avec grâce les mouvements de l’âme, l’évolution des émotions, les mots contenus dans les silences.

Cela fait dix ans que Joseph soutient sa compagne Isabelle dans sa quête de réussite. Mais désormais, il vit mal l’émancipation de celle-ci, son évolution professionnelle, sa liberté. Il se sent diminué et prend peu à peu conscience que c’est la faiblesse d’Isabelle qui le faisait se sentir fort. « Je pleure à l’intérieur car je n’ai plus personne à protéger. » Il cherche la force de se battre pour garder la jeune femme qui semble lui échapper de plus en plus. Il a peur de se perdre en la perdant. Retrouvera-t-il la pulsion intime et puissante de la vie ?

Vivre ! est un spectacle très artistique qui éveille tous nos sens à travers une mise en scène épurée, simple mais ingénieuse, qui fait la part belle aux jeux d’ombres et de lumières. Plus convaincant sur la forme que sur le fond, pourtant… On nous promet une pièce sur la masculinité, mais c’est presque exclusivement de l’évolution d’un couple dont il est question, et l’histoire se révèle finalement banale et sans profondeur. On s’attend à ce qu’il soit question d’autre chose, à ce que l’évocation du couple ne soit qu’une porte d’accès à une analyse plus fine et à une exploration du masculin, mais il n’en est rien, et tout retombe comme un soufflé. Dommage et décevant au vu du potentiel de la pièce.

« (…) pendant toutes ces années je n’ai fait que me sentir à l’étroit dans l’existence. Et je réalise aujourd’hui qu’en ayant fait à peu près tout ce qu’on attendait de moi, je n’ai strictement aucune idée de qui je suis vraiment. »

Vivre !
Ecriture et mise en scène : Vincent Clergironnet
Avec Vincent Clergironnet et Cécile Mauclair
Musique : Cédric Le Guillerm

Du 5 au 27 juillet 2014 au Théâtre des Lucioles à 14h35 ( Avignon Off)

A lire aussi:

Tu mendieras tant : un conte moderne à la distribution inégale

Marilyn intime ? Une performance «too frenchy » pour la voluptueuse Monroe

Une Femme : un conte funèbre qui laisse de marbre

Tête Haute : Cyril Teste et Joël Jouanneau réinventent la magie du conte

Macbeth de Mnouchkine : une plongée épique dans les arcanes de la folie !

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à