fbpx

Isabeau de R : une artiste de one-woman-show « à suivre »

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ Si vous ne connaissez pas encore Isabeau de R., le très chaleureux Théâtre de Dix Heures ne demande qu’à vous surprendre avec cette ancienne femme d’affaires dont l’allure classe et raffinée – pour ne pas dire un peu bourgeoise – contraste efficacement avec des propos drôles, espiègles, branchés et parfois crus mais sans vulgarité.

Dans ce spectacle composé d’une succession de saynètes très bien écrites, Isabeau de R. pose un regard incisif et malicieux sur l’évolution de la société à travers des thèmes tels que l’éducation, l’écologie, la technologie… en nous amenant chaque fois à nous faire nous interroger sur ce que ça pourrait devenir dans vingt ans. Avec un humour intelligent, beaucoup d’élégance et un zeste de séduction, la quadrégénaire nous fait voyager entre le passé, le présent, le futur, et on la suit bien volontiers, complètement conquis par sa sympathie et son dynamisme. Elle enchaîne avec une grande habileté un certain nombre de personnages caricaturés – ou peut-être pas tant que ça finalement -, nous régale de jeux de mots tous plus fins les uns que les autres, et nous offre un spectacle jeune et dynamique, qui – ne vous y trompez pas – s’adresse à tous les âges ! Une belle découverte, et une artiste ‘A suivre’, évidemment !

Isabeau de R. dans ‘A suivre’
One-woman show
Mis en scène par Hélène Serres

Dates des représentations:

– Au Théâtre de Dix Heures
Du jeudi au samedi à 20h15.
Jusqu’au 26 avril 2014


– Ailleurs qu’à Paris: le 6 juin 2014 à 21h à La Palme, SAD Les Palmiers au Festival La Tempora du Grand Narbonne

– Du 30 septembre au 30 décembre 2014 à la Comédie de Paris

A lire aussi:

Dom Juan d’Arnaud Denis ? Un délice baroque à se damner !

Vous rappelez-vous de l’affaire Politkovskaïa ? Autopsie d’un carnage…

Hyperflux ou quand « le meilleur des mondes » se traduit sur les planches

Palais de Glace : une plongée en apnée sourde et poétique

Les frères Karamazov : une fresque familiale intense et exaltée

Scapin ? Une fourberie inachevée!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à