fbpx

FoRest: une exploration poétique et sylvestre dans l’art du jonglage

par

Par Florence G. Yeremian – bscnews.fr/ Après sa performance hivernale au théâtre Monfort (Deux hommes jonglaient dans leur tête), le jongleur Jérôme Thomas nous invite à une nouvelle promenade poétique sous le chapiteau rouge-pomme de son Cirque Lili.

Bien assis en cercle sur les gradins de bois de ces arènes nomades, petits et grands attendent. Tandis que la pénombre et le silence s’emparent des lieux, des étoiles lumineuses attirent magnétiquement nos regards vers la voûte. Au son d’un accordéon espiègle et enjoué, nos yeux se posent alors sur deux longs mâts où se niche un étrange couple d’équilibristes. Tels deux grands lémuriens perchés sur leurs branches, ils semblent s’éveiller doucement d’une longue léthargie. Avec souplesse et délicatesse, ils gesticulent, explorent l’espace qui les entoure et descendent prudemment fouler la terre. Sur la pointe des pieds, ils se hasardent à pénétrer au sein d’un cercle énigmatique parsemé d’écorces sombres et de copeaux de bois.
Dans cette forêt recomposée commence alors une étrange parade: attrapant des plumes de paon ou d’autruche, les deux équilibristes les transforment en de légers serpents parcourant leurs bras ou se dressant verticalement sur leur front. Fouillant dans le sol humide du bout de leurs doigts agiles, ils y dénichent des balles blanches semblables à des œufs qu’ils font léviter et tourbillonner dans les airs. Leur rapport aux objets est quasi charnel, comme une prolongation évidente d’eux-mêmes et de leurs âmes. Au cœur de cette singulière chorégraphie, tout est question de poids et de mesure: qu’il s’agisse de plumes, de cannes ou de baguettes chinoises ; seule compte la dextérité des artistes qui simulent adroitement la facilité tout en évitant la chute.
La mise en scène de ce spectacle sylvestre est mouvante et originale. La piste centrale sur laquelle dansent les jongleurs a une belle portée symbolique : évoquant les profondeurs d’un sous-bois à travers ses écorces éparpillées aux odeurs de mousse verte, elle nous fait également songer à un samsara ou à une roue de vie, tournant et évoluant au fil des saisons. Hormis l’épisode peu gracieux du sac en plastique, cette parenthèse forestière fait honneur à la poésie et à l’art du cirque. Manquant un peu de souffle, Jérôme Thomas y ressemble parfois à un vieux clown triste qui ponctue sa magie aérienne d’humour et d’autodérision. Accompagné de sa fraiche Colombine (la danseuse et comédienne Aurélie Varrin), ils nous offrent ensemble une performance délicate et burlesque apte à ensorceler les grands et faire rire les petits. Un immense bravo au musicien accordéoniste Jean François Baez et à sa partition convulsive saturée d’émotion.

FoRest
Cie Jérôme Thomas: Jérôme Thomas, Jean-François Baëz, Aurélie Varrin
Mise en scène : Aline Reviriaud et Agnès Célérier

Crédit-photo: ARMO – COMPAGNIE JEROME THOMAS – jerome-thomas.fr

Espace Cirque d’Antony
Rue Georges Suant – 92160 Antony
RER B – Les Baconnets
À partir de 7 ans
Jusqu’au 6 avril 2014
T. 0141872084

Dates de la tournée française de FoRest :

6-9 mai 14 Champagnole – Les Scènes du Jura
18-19 mai 14 Homécourt – Centre culturel Pablo Picasso
24-29 mai 14 Dijon – Festival Théâtre en mai
11-13 juin 14 Saint Denis – Festival Les Impromptus – Académie Fratellini
5-8 Aout 14 Thonon les Bains – Festival Fondus du Macadam
15-22 Aout 14 Nexon – Festival de la Route du Cirque

25, 26 et 27/03/15 – COMÉDIE DE CAEN / THÉÂTRE D’HÉROUVILLE

Du 19 au 21 mai 2015 à Scènes Vosges à Epinal

A lire aussi:

Travelling Circus : la Cie Hors-Pistes et ses tapis roulants

Vortex : une métamorphose plastique superbe

Le Collectif Ivan Mosjoukine et son CIRCUS MAXIMUS

Azimut : une maïeutique circassienne aussi délicate que spectaculaire

Le dialogue musical insolite entre un jongleur et un percussionniste

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à