fbpx

Pierre Richard : Et si on redoublait la vie?

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Un sourire lunaire, des yeux qui se plissent, un écran et un fauteuil confortable pour accompagner sur scène pendant 1h20 l’éternel distrait, le faux maladroit, le clown rêveur que le public a tant aimé au cinéma dans La Chèvre, Le Grand Blond, et tant d’autres longs-métrages!

Pierre Richard imagine depuis dix ans avec Christophe Duthuron des spectacles intimistes à son image, c’est à dire espiègles, empreints de modestie et de rires: l’occasion de partager avec son public des anecdotes du passé, des réflexions à propos du temps qui passe… ou encore son point de vue ironique sur la télévision actuelle.
On dira, en premier lieu, que l’on passe un délicieux moment en sa compagnie : l’on rit beaucoup et l’on acquiesce souvent ! Non seulement c’est un être attachant qui nous conte quelques uns de ses meilleurs et pires souvenirs d’acteur mais encore l’on revit des heures cocasses du cinéma français au travers des confidences du « pitre » à qui Yves Robert a dit un jour  » Tu n’es pas un acteur, tu es un personnage » et qui a croisé sur son chemin d’autres personnages tout aussi truculents à raconter. Dans Pierre Richard III, il nous raconte ainsi les prises récidivistes avec Gérard Depardieu où une bouteille de pinard, soigneusement cachée, n’était jamais loin de leurs lèvres, mais aussi l’inénarrable Jean Carmet qui faisait la vie à son image, son émerveillement bêta devant la beauté de Mireille Darc ou encore l’inimaginable capacité de Gérard Oury à se blesser sans cesse et ce, une fois, quatre fois dans la même journée ! Un épisode est particulièrement tordant : Pierre Richard y raconte ses infortunes lors d’une représentation de Hamlet dans un festival à la campagne où il y interprétait un courtisan. Entre une reine sourde, une bourrique entêtée, un déluge de pluie et un compagnon sorti du Boulevard, tous les ingrédients sont là pour faire de la tragédie shakespearienne une comédie des plus tordantes…et quand le comédien insiste pour jurer que c’est vrai!
Oui, l’incroyable Pierre Richard tient la scène avec une énergie communicative, un humour bonhomme, une sincérité désarmante et si vous avez l’occasion de passer à côté, c’est que vous serez bien âne!

Pierre Richard III
Écrit par: Pierre Richard et Christophe Duthuron
Mise en scène: Christophe Duthuron
Avec Pierre Richard

Dates des représentations:

-14 et 15 février 2014 à la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau / Théâtre Molière
– 16 février 2014 à Carpentras (84) / Espace Auzon
– 25 février 2014 à Cahors (46) / Théâtre
– 26 février 2014 à Pamiers (09)/ Salle du Jeu du Mail

– 5 mars 2014 à Morges (Suisse) / Théâtre de Beausobre
– 9 mars 2014 à Saint-Étienne (42) / Centre de congrès
– 12 mars 2014 à Anglet (64) / Salle Quintaou
– 13 mars 2014 à Le Haillan (33) / L’entrepôt du Haillan

– 15 mars 2014 à Vesoul (70) /Théâtre Edwige Feuillère
– 19 mars 2014 à Pouzauges (85) / Centre culturel L’Échiquier
– 20 mars 2014 à Châteaubriant (44) /Théâtre de verre
– 21 mars 2014 à Pornichet (44) / Quai des Arts
– 23 mars 2014 à Sainte-Maxime (83) / Le Carré de Sainte-Maxime
– 26 mars 2014 à Meudon (92) /Centre d’art et de culture
– 27 mars 2014 à Puteaux (92) /Théâtre des Hauts de Seine
– 28 mars 2014 à Revin (08) /Scène Jean Vilar
– 29-30 mars 2014 à Valenciennes (59) Le Phénix

– Le 5 avril 2015 au Théâtre Jean Piat à Canet en Roussillon

– Le 9 avril 2015 au Théâtre de Mende

Le site de Pierre Richard

A lire aussi:

Tout mon amour : A-t-on besoin du passé pour vivre ?

Blue Jeans: un manifeste marionnetique contre l’exploitation enfantine

Lune et Lotre : elle aurait pu être langoustine ou éléphant, elle choisit couturière.

Le bourgeois gentilhomme au pays du Soleil Levant ? Une mascarade franco-nippone qui n’aurait pas déplu à Molière

En attendant Godot : un tableau à l’encre bleu nuit, où l’imaginaire règne en maître

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à