fbpx

Envie d’une formation Pôle Emploi pour devenir un « Prince Machiavélique » ? : une pièce folle et interactive !

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Lorsque l’on évoque « Le Prince » de Machiavel, les plus érudits associent ce traité politique à la Renaissance Florentine et particulièrement à la famille des Médicis. La pièce éponyme de Laurent Gutmann part aux antipodes de cette luxuriante Italie du Quattrocento et place son décor dans une agence de formation de type Pole Emploi en plein XXIe siècle.

Trois candidats se partagent les lieux : Rémy, un petit nerveux gringalet, Max, un barbu bedonnant au cœur tendre et Myriam, une charmante écervelée prête à mordre quiconque s’approcherait un peu trop près de son sac à main. Face à cette singulière trinité, un tandem de choc dressé pour les encadrer dans leur formation de « Prince »: il y a tout d’abord Karine, sèche et autoritaire, qui semble donner toutes les directives et Nicolas, un philosophe chantant vêtu tel Machiavel d’une longue tunique de velours rouge. Un dernier interprète – et non des moindres – fait également parti de cet étrange casting : « nous », le public ou plus exactement, « nous », le peuple.
Côté scène, quelques objets très symboliques : une carte géographique, un portrait de Lucrèce Borgia et une Peugeot « coupée » – ou plutôt une demi-voiture – en guise de carrosse présidentiel. La consigne est fort simple : chacun des candidats présents doit prendre le pouvoir en gagnant l’amitié ou la soumission du peuple. Pendant près de deux heures, cette sympathique brochette d’acteurs va donc s’évertuer à séduire son assistance par tous les moyens possibles : ruse, élégance, mensonge ou même distribution de bonbons gratuits ! C’est avec un réel courage et une sacrée prestance que ces trois cobayes vont se prêter aux critiques et huées de leurs concitoyens.
Sous ses aspects de Reality Show, cette performance scénique dissimule un véritable cour sur les rouages et les fonctions du pouvoir. En optant pour le côté interactif de la pièce, Laurent Gutmann applique parfaitement pour son propre compte les préceptes de Machiavel : « amuser le peuple par des fêtes et des spectacles » : en enrôlant les spectateurs dans cette aventure théatralo-politique, il nous incite à scander des slogans tout en nous faisant rire devant les pitreries de ses talentueux interprètes. Alors que l’auditoire s’anime crescendo, on assiste au lynchage verbal de ces pseudo-princes qui finissent eux-mêmes par perdre tout contrôle : tandis que Rémi se prend pour une danseuse de GRS, Max se lance dans un striptease tout en bourrelets et Karine finit enfin par faire voltiger toutes ses inhibitions en nous offrant un numéro hystérique de lap dance !
Même si tout cela manque parfois de majesté et tourne légèrement au ridicule l’austère enseignement de Machiavel, cette pièce n’est pas aussi déjantée qu’elle y parait. A bien y réfléchir les souverains d’aujourd’hui n’ont que peu de différences avec ceux d’hier : il suffit pour s’en convaincre de jeter un coup d’œil du côté de l’Elysée où paradent les ambitieux de ce monde…
Le Prince ? Une parodie fine et pleine d’humour des jeux de pouvoir de nos hommes politiques et surtout de l’engouement naïf du peuple – que nous sommes ! – pour les beaux discours.

Le Prince
D’après Nicolas Machiavel
Mise en scène de Laurent Gutmann
Avec : Thomas Blanchard, Luc-Antoine Diquéro, Maud le Grevellec, Shady Nafar et Pitt Simon.

Dates des représentations:

– 3, place du 11 novembre – 92240 Malakoff / Du 21-25 janvier 2014 à la Scène Nationale Malakoff

– 28 janvier 2014 La Passerelle, Scène Nationale de St-Brieuc | 02 96 68 18 40

– 25 et 26 mars 2014 Théâtre Anne de Bretagne de Vannes | 02 97 01 62 00

Et encore en 2014/2015:

-Paris – Théâtre Paris-Villette, du 23 septembre au 9 octobre – 01 40 03 72 23
-Belfort – Le granit, Scène nationale, du 14 au 16 octobre – 03 84 58 67 67
-Le Vésinet – Théâtre du Vésinet, le 4 novembre – 01 30 15 66 00
-Suresnes – Théâtre Jean Vilar, du 12 au 14 novembre – 01 46 97 98 10
-Brest – Le Quartz, Scène nationale, du 18 au 29 novembre – 02 98 33 95 00
-Aulnay-sous-Bois – Théâtre Jacques Prévert, le 2 mars – 01 58 03 92 75
-Tarbes – Le Parvis, Scène nationale Tarbes Pyrénées, les 5 et 6 mars – 05 62 90 08 55
-Tours – Centre Dramatique Régional, du 10 au 19 mars – 02 47 64 50 50
-Gradignan – Théâtre des 4 saisons, le 23 mars – 05 56 89 98 23
-Saint-Nazaire – Le Théâtre, Scène nationale, les 26 et 27 mars – 02 40 22 91 36
-Le Perreux-sur-Marne – Centre des bords de Marne, le 31 mars – 01 43 24 54 28
-Brétigny-sur-Orge – Théâtre Brétigny dedans dehors, Scène conventionnée, le 7 avril – 01 60 85 20 85
-Sartrouville – Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, Centre Dramatique National les 9 et 10 avril – 01 30 86 77 79
-Angoulême – Scène nationale, les 14 et 15 avril – 05 45 38 61 61
-Saint-Raphaël – Palais des Congrès, le 22 avril – 04 98 11 89 00
-Foix – L’estive, Scène nationale de Foix et de l’Ariège, les 27 et 28 avril – 05 61 05 05 55
-Saint-Herblain – Onyx, le 5 mai – 02 28 25 25 00
-Istres -Théâtre de l’Olivier, le 12 mai – 04 42 56 48 48

A lire aussi:

Flash Marionnettes va vous faire réviser vos classiques avec le sourire

Anna : d’Anna Karina à Cécile de France

Sophonisbe : l’impossible conciliation entre l’Amour et les intérêts de Rome

Le banquet d’Auteuil ou du badinage entre jeunes et grands hommes

Résumons-nous : les chroniques loufoques d’Alexandre Vialatte servies sur un plateau

The Notes : l’Ecossaise aux ratés jubilatoires

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à