fbpx

Montpellier Danse : Angelin Preljocaj à l’amour, à la mort

par

Le chorégraphe présentait « Winterreise » à l’opéra Berlioz pour la 39ème édition de Montpellier Danse, une création crépusculaire sur les affres du désespoir.

Ca commence par une résurrection, ça finit par un enterrement. Entre les deux, on a de sublimes tableaux représentant l’envol et le crash du sentiment amoureux, appuyés par les méandres du mal-être intérieur. Pour sa nouvelle création, Angelin Preljocaj a choisi « Winterreise » (« Le Voyage d’Hiver  ») composé en 1827 par un Schubert pressentant sa mort prochaine, sur des poèmes de Wilhelm Müller. Pour le chorégraphe, « le chemin qui mène à la mort est lent, progressif et se poursuit pendant toute la durée des vingt-quatre lieder, comme si on regardait un film au ralenti ». Rappelons qu’un lied est un poème germanique chanté par une voix et accompagné par un piano ou un ensemble instrumental. De fait, Preljocaj s’approprie somptueusement l’œuvre, lui qui voulait dès le départ «  créer une véritable résonance entre la danse, la musique et les textes ».

La superbe scénographie alterne noir accablant et rouge passionnel. Ainsi, le chorégraphe magnifie l’obscurité à coup de cendres pailletées qui perlent sur scène et sur les corps. Les chorégraphies sont langoureuses puis excitées. La danse permet de personnifier la passion amoureuse, dévorante, en l’opposant à la furtivité de la vie qui apparaît ici, plus que jamais, à l’agonie et fragile. Au final, les moments colorés, chauds, presque festifs, ne sont que les souvenirs éphémères d’instants de bonheur passés. C’est là que la magie opère, car les mouvements forment ce voyage intérieur plus lent, où plane la mélancolie, l’angoisse et la solitude. Au final, tous les danseurs ne font qu’un. Les chants remarquablement interprétés par le baryton Thomas Tatzl apportent une dimension mystique au corps et à l’esprit qui se vident peu à peu de leur vitalité. Entre tableaux effrénés et flottements poétiques, cette danse macabre est d’une beauté bien vivante.

Winterreise
Pièce pour 12 danseurs 
Durée 1h15

Chorégraphie : Angelin Preljocaj
 Musique : Franz Schubert, Die Winterreise 
Scénographie : Constance Guisset 
Lumières : Éric Soyer 
Costumes : Angelin Preljocaj 
Réalisation : Eleonora Peronetti
 Baryton basse : Thomas Tatzl 
Piano-forte : James Vaughan
 Danseurs : Baptiste Coissieu, Leonardo Cremaschi, Isabel García López, Verity Jacobsen, Jordan Kindell, Théa Martin, Emma Perez Sequeda, Simon Ripert, Kevin Seiti, Redi Shtylla, Anna Tatarova, Cecilia Torres Morillo
Pièce remontée par : Dany Lévêque, choréologue 
Assistant, adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch 
Assistante répétitrice : Cécile Médour 
Commande de La Scala de Milan 
Production : Ballet Preljocaj

Coproduction : Festival Montpellier Danse 2019, Les Théâtres – Grand Théâtre de Provence 
Résidence de création : Les Salins – Scène Nationale de Martigues 
Première avec le Ballet de La Scala de Milan le 24 janvier 2019 
Première avec le Ballet Preljocaj du 01 au 03 juillet 2019 dans le cadre du Festival Montpellier Danse 
Le Ballet Preljocaj / Centre chorégraphique national est subventionné par le Ministère de la culture et de la communication – DRAC PACA, la Région Sud -Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône, la Métropole Aix-Marseille Provence / Territoire du Pays d’Aix et la Ville d’Aix-en-Provence. Il bénéficie du soutien du Groupe Partouche – Casino Municipal d’Aix-Thermal, des particuliers et entreprises mécènes ainsi que des partenaires.

Crédit photo : Laurent Philippe

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à