Coupe du monde : la fin d’une époque?

par

Philippe David est journaliste sur Sud Radio. Il présente notamment « Seul contre tous » de 9h30 à 10h, « Le grand soir » de 18 h à 20 heures et actuellement « Sud Radio fait son Mondial » pendant la Coupe du monde de 19h à 20h. Dans cette troisième tribune il s’exprime sur Messi et Ronaldo. Deux champions qui resteront dans l’histoire du football pour avoir fait la différence pour leurs clubs, mais pas pour leurs équipes nationales.

Par Philippe David. Il est rare que deux immenses champions pratiquant le même sport voient leur carrière se terminer le même jour. C’est pourtant ce qui s’est passé samedi dernier à quatre heures d’intervalle lorsque, après Lionel Messi, ce fût au tour de Cristiano Ronaldo d’être éliminé de la coupe du monde. Certes ce n’était pas la fin de leur carrière mais c’était la fin de leur espoir de gagner un jour le titre suprême en équipe nationale : la coupe du monde de football. Lionel Messi aura en effet 35 ans dans quatre ans tandis que Cristiano Ronaldo en aura 37 pour la prochaine édition qui se déroulera au Qatar en 2022. Il y a donc une chance infinitésimale de les voir à nouveau sur un terrain pour cette compétition.

Pourtant, au niveau des clubs, ces deux joueurs ont tout gagné. Mieux, en termes de récompense individuelle, ils ont gagné les dix derniers ballons d’or et, si on prend les 11 dernières saisons, 10 ballons d’or et 10 ballons d’argent. Bref ces deux hommes ont tenu le haut du pavé du football mondial sur la dernière décennie. Pourtant, si Ronaldo a remporté le championnat d’Europe des nations 2016, en sortant en milieu de première période sur blessure durant la finale, Messi n’a lui jamais rien gagné avec l’Albiceleste : une finale de coupe du monde et trois finales de copa America perdues. Il ratera d’ailleurs plusieurs occasions lors de la finale du Mundial 2014 contre l’Allemagne et manquera son tir au but lors de la dernière finale de Copa America perdue face au Chili. Pourtant, les deux hommes ont un point commun que peu de gens imaginent : ils ont tous les deux participé à quatre coupes du monde (2006,2010, 2014, 2018) mais n’ont ni l’un ni l’autre inscrit le moindre but en match à élimination directe…

Cette réflexion pousse à se poser la question de savoir si Messi et Ronaldo resteront dans l’histoire du football des joueurs décisifs pour leur équipe. Dans les deux cas, la réponse est claire : oui en club, non en équipe nationale. On est loin d’un Michel Platini, décisif dans quatre matches sur cinq disputés lors de l’Euro ’84 ou de Marco Van Basten, décisif lui dans trois matches sur cinq lors de l’Euro ’88 sans oublier Maradona, décisif en quart de finale et en demi-finale de la Coupe du Monde 1986 (100% des buts de son équipe) et une passe décisive en finale… Pourtant, Van Basten et Platini n’ont gagné que trois ballons d’or chacun et Maradona aucun, celui-ci étant réservé aux footballeurs européens à l’époque. Mais il faut reconnaître que, sans le changement du mode de désignation par la FIFA, ces deux joueurs n’auraient jamais gagné dix ballons d’or : Iniesta aurait remporté celui de 2010, Ribéry celui de 2013 et Neuer celui de 2014 . Pour le 2016, il s’en est fallu d’un penalty manqué en finale de Ligue des Champions et d’une frappe sur le poteau à la dernière minute pour que Griezmann ne l’emporte… Et pour ce qui est de celui-de 2013, le mode de désignation fût modifié pour empêcher Ribéry, qui le méritait amplement, de le remporter. Il faut dire que « scarface » était moins vendeur que les deux beaux gosses du football mondial…

Le lendemain de l’élimination de Messi et Ronaldo, ce fût au tour d’un autre joueur de tirer sa révérence internationale : l’espagnol Andres Iniesta qui gagna tout avec son club plus une coupe du monde et deux titres de champion d’Europe avec la Roja. Il fût décisif lors de la finale du Mondial 2010 en inscrivant le seul but du match lors de la prolongation mais dût se contenter d’un ballon d’argent et d’un ballon de bronze. Logique : Iniesta est un simple joueur de football tandis que Messi et Ronaldo cumulaient ce statut avec celui de produit marketing…

 

A lire également, dans Putsch :

La Coupe du Monde : tout est économique ?
(Tribune de Philippe David du 24 juin 2018)
La Coupe du monde et la politique
(Tribune de Philippe David, 10 juin 2018)
Bixente Lizarazu : la vie après les crampons et la Coupe du monde
(Livre, 10 juin 2018)
Coupe du Monde 2018 : l’amour du maillot, une valeur marchande ?
(Édito de Nicolas Vidal, 12 juin 2018)
Robert Redeker : « Le football est devenu une machine à déraciner autant qu’à légitimer le libéralisme le plus ravageur »
(Interview franc-tireur, 13 juin 2018)
Eric Naulleau : Le Papin de l’Athlétique de Vaucresson
(Livre, 14 juin 2018)

 

©PUTSCH – Toute reproduction non autorisée est interdite
( Crédit Photo : Anthony Ghnassia – Philippe David / Sud Radio )

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à