« Nos camarades policiers ont sauvé la France, nous sauvent du chaos, de la guerre civile et ils ont payé le prix du sang ! Ils méritent d’être traités comme des héros »

par
Partagez l'article !

Hervé Moreau, ancien capitaine de gendarmerie et auteur de deux ouvrages “candidat libre” et « vérités d’un capitaine de Gendarmerie » qui a décidé de rompre son devoir de réserve et a brisé le silence avec des révélations fracassantes sur son corps et l’état sécurité de la France. Hervé Moreau réagit aux déclarations d’Emmanuel Macron depuis la Nouvelle-Calédonie et au mouvement de grogne historique suivi par de très nombreux policiers suite à la mise en détention provisoire de deux de leurs collègues.

Le Président vient de déclarer depuis mon île natale, la Nouvelle-Calédonie, que nul en République n’est au-dessus de la loi. Il a prétendu entendre l’émotion des forces de l’ordre, exposés à une violence extrême et a rappelé le cadre de la loi et l’état de droit.
Des mots, encore des mots, toujours des mots, les même mots…. On croirait entendre la grande Dalida mais il n’a ni son talent, ni son aura légendaire et encore moins son immense humanité. Il n’a rien à faire valoir depuis plus de 6 ans si ce n’est le désastre de son bilan et son mépris constant et répété à l’égard de celles et ceux que nous sommes et plus encore à l’endroit des forces de l’ordre, policiers et gendarmes à qui nous devons tant.
Le directeur général de la police nationale Frédéric Veaux a été digne dans son déplacement à Marseille, en exprimant son souhait de voir libéré notre camarade de la BAC injustement incarcéré à l’issue de sa garde à vue.
Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez, en grand professionnel qu’il est, a soutenu le DGPN et c’est tout à son honneur que de demeurer en phase avec ses convictions profondes.

« Le directeur général de la police nationale Frédéric Veaux a été digne dans son déplacement à Marseille, en exprimant son souhait de voir libéré notre camarade de la BAC injustement incarcéré à l’issue de sa garde à vue »

 

Nos camarades policiers de toute l’agglomération Marseillaise et des Bouches du Rhône, se sont mis en arrêt de travail et ils ont eu raison. Il existe de la part de nombreux juges une présomption de culpabilité à l’encontre des policiers et des gendarmes, sans lesquels pourtant ils ne seraient rien.
Mes frères et sœurs d’arme, mes camarades policiers sont écœurés depuis trop longtemps par l’attitude de la justice. Ils ont sauvé la France, ils nous ont sauvé du chaos, de la guerre civile même et peut-être, et ils ont payé pour cela le prix du sang ! Ils méritent d’être traités comme les héros qu’ils sont, ils méritent tous les égards de la part de notre République et ils ne l’obtiennent pas. Pire, ils sont maltraités par une partie de la classe politique indigne, et ils ne sont pas soutenus mais ignorés voir méprisés par les instances gouvernementales.

 

« Mes camarades policiers sont écœurés depuis trop longtemps par l’attitude de la justice. Ils ont sauvé la France, ils nous ont sauvé du chaos, de la guerre civile même et peut-être, et ils ont payé pour cela le prix du sang ! Ils méritent d’être traités comme les héros qu’ils sont, ils méritent tous les égards de la part de notre République »

 

 

Le Ministre de l’Intérieur fait preuve d’un silence assourdissant et ferait bien de cesser de se soucier de ses problèmes existentiels en terme de carrière politique et de répondre aux attentes légitimes des forces de l’ordre.
Le président du tribunal de Marseille appelle à la mesure en réponse aux propos du patron de la police. Il serait mieux inspiré de solliciter voir d’exiger de la part de ses collègues de la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix en Provence, la libération immédiate de notre camarade !
La justice comme le gouvernement ne comprennent pas que nous n’en pouvons plus de leurs décisions, de leur mépris, de leur jugements iniques, de leur morgue et de leur suffisance. Ils ne seraient rien sans les forces de police et de gendarmerie et mes frères et camarades demandent à être respectés !
Nous avons les mêmes droits que tous les justiciables, pas plus mais pas moins non plus !

J’espère que notre camarade sera très vite libéré et dans cette attente et pour bien leur faire comprendre les choses, j’espère que le maximum de policiers et de gendarmes se mettront en arrêt de travail ou circonscriront leurs interventions aux seuls police secours.
Force et Honneur

 

Ci-dessous le grand entretien du capitaine Hervé Moreau au micro de Nicolas Vidal dans l’émission Putsch Live, diffusée le 11 juillet 2023

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à