fbpx

La mécanique de l’ombre : un polar sobre mais séduisant

par

De Florence Yeremian – Duval est un modeste comptable. Suite à un burn-out, il perd son emploi, sa femme et finit par se retrouver deux ans plus tard aux alcooliques anonymes. Afin de sortir de cette spirale destructrice, il accepte de travailler pour une organisation de surveillance dirigée par un mystérieux Clément : confiné dans un appartement entièrement vide, Duval est chargé de retranscrire quotidiennement des conversations téléphoniques.

De nature discrète et solitaire, il se laisse entraîner dans cette routine confortable jusqu’à ce qu’il découvre qu’un crime à été enregistré sur l’une de ses bandes magnétiques. Ne pouvant démissionner, le pauvre Duval se retrouve alors impliqué malgré lui au coeur d’un sombre complot politique…

Thomas Kruithof : un premier long métrage sur les services secrets français

Ce premier long métrage de Thomas Kruithof nous plonge dans les arcanes du pouvoir et des services secrets français. Entre une prise d’otages, des interventions avortées de la DGSI et une campagne électorale plus que corrompue, le réalisateur nous livre un film d’espionnage efficace et bien ficelé. Loin de tous les blockbusters américains, il orchestre son scénario avec une sobriété clinique en misant sur un casting masculin des plus convaincants.

C’est à François Cluzet que revient le rôle de Duval: la lèvre fine et le visage fermé, le comédien campe avec beaucoup de justesse un héros ordinaire qui va lentement s’extraire de sa soumission. À la fois naïf et volontaire, Cluzet nous fait songer à un scribe taiseux ruminant fébrilement sa révolte. Face à lui, se dessine la figure sombre et hiératique de Clement, son employeur: interprété avec élégance par Denis Podalydès, ce cardinal de l’ombre possède une distinction énigmatique qui parvient à troubler habilement le spectateur. En contrepoint de ce manipulateur, l’acteur Sami Bouajila compose avec rigueur un austère agent de la DGSI, quant à Simon Abkarian, il se glisse une nouvelle fois dans le rôle d’un escroc crapuleux qui lui va comme un gant.
À travers l’interprétation imposante et précise de ces quatre comédiens se dessine un bon polar made in France qui n’offre pas de grande surprise mais a le mérite de faire durer le suspens jusqu’au retournement final.

La mécanique de l’ombre
Un film de Thomas Kruithof
Avec François Cluzet, Denis Podalydès, Sami Bouajila, Simon Abkarian, Alba Rohrwacher
Sortie nationale: le 11 janvier 2017
1h40

Lire aussi dans nos critiques cinéma :

Divines : le premier film audacieux de Houda Benyamina

Notre révolution intérieure : un film qui porte en lui le germe du changement

Un jour mon prince : une comédie fun et « enchanteresse »

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à