fbpx

Georges Perec : l’Oulipo et les contraintes formelles

par

Par Marc Emile Baronheid – Membre de l’Oulipo, Georges Perec fonde ses œuvres sur l’utilisation de contraintes formelles, littéraires ou mathématiques, qui marquent son style. Il est donc intéressant de lire ses impressions sur le travail romanesque de Robbe-Grillet

On en trouve un témoignage dans le chapitre « Perec lecteur » du cahier de l’Herne consacré à celui qui demeure un contemporain capital. Nombre de documents inédits et rares, de fac-similés et d’illustrations, dans un volume aux contributeurs abordant les thématiques fondamentales d’une œuvre dont sont proposés des textes ludiques (notamment des pastiches de titres de romans policiers) et des esquisses de projets attestant la présence chez Perec de l’interrogation autobiographique. On trouve en outre des comptes rendus critiques importants – mais perdus de vue -contemporains de ses livres. L’occasion de (re)situer la galaxie perecquienne.

« Georges Perec », cahier dirigé par Claude Burgelin, Maryline Heck et Christelle Reggianni, L’Herne, 29 euros

Lire aussi dans notre sélection de livres :

Bertrand Dicale : une passion opiniâtre pour la chanson française

Aborigènes : le récit singulier d’Eddie Mittelette sur l’Australie

Amin Maalouf : l’éclairage de quatre siècles d’histoire de France

La police des moeurs : une analyse sans concession de Jean-Marc Berlière

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à