fbpx

To Be Hamlet Or Not : l’incroyable mise en scène de Charlotte Rondelez

par

Par Florence Yérémian – Les pièces de Shakespeare, avouons-le, ne sont pas toujours joyeuses. Habituellement, l’assassinat prime sans compter et l’on y meurt à tout va… Tel est le cas d’Hamlet, où l’on voit successivement périr la reine, Laërtes, Claudius, la belle Ophélie et bien sur, Hamlet, héros vindicateur de cette sublime tragédie. Seulement voilà, depuis quelques temps, il y a du nouveau en terre d’Elseneur : le jeune prince du Danemark en a plus qu’assez de mourrir au fil des éditions et des représentations théâtrales. Bien résolu à contourner sa funeste destinée, il a décidé de retrouver son créateur pour s’octroyer enfin le luxe d’une existence plus libre…

La mise en scène de Charlotte Rondelez a de quoi surprendre car elle va à contresens des partitions classiques du grand Hamlet. Mettant la pièce originale de coté, elle remodèle la pensée rigide et soumise de son noble protagoniste et l’emmène à s’interroger sur la notion de choix et de libre-arbitre. Le propos de To Be Hamlet Or Not est simple mais intelligent : sous le couvert de la comédie, il nous offre un allègre manifeste en faveur de la liberté.

Pour ce faire, Charlotte Rondelez a fait appel à une troupe fort énergique qui évolue durant une heure quinze sur un plateau tournant. Au milieu de cette plateforme de bois, les comédiens se croisent, se révoltent et s’en donnent à coeur joie pour éveiller nos consciences. Endossant de prime abord les traits des personnages de Hamlet, ils s’écartent progressivement de cette chaine Shakespearienne pour devenir tour à tour Godot (Cédric Villenave), Pip le marin ou Alice au Pays des Merveilles (Pauline Devinat)! Fuyant leurs poussiéreux rayons de bibliothèque, ces mythes littéraires ce rebellent contre leur asservissement et tentent de convaincre Hamlet (Harold Savary) qu’un « Ailleurs » est toujours possible. Parmi ces interlocuteurs lucides déambulent également un champignon halluciné (Julien Le Provost) ainsi qu’une cocotte hystérique (Céline Espérin) tout droit sortie d’un roman à l’eau de rose de Barbara Cartland. Propulsant Hamlet hors de son sombre château du XVIe siècle, ces drôles d’hurluberlus n’hésitent pas à l’entrainer dans les rues du Bronx ou dans les coulisses d’un tournage cinématographique en plein XXIe siècle !

Entre les déguisements, les décélérations et les tirades fantaisistes, l’on traversent ainsi les époques en se questionnant sur notre propre destiné. Est-ce qu’à l’exemple d’Hamlet, nous avons aussi une existence toute tracée ? Si Shakespeare a scellé le destin de son héros, qui donc a osé sceller le notre ? En voyant ces êtres de papier se soulever contre la fatalité, l’on se dit qu’il serait grand temps d’en faire autant !
To Be Hamlet Or Not ? Un spectacle bourdonnant, ironique, parfois opaque mais qui nous fait comprendre que la vie est une scène où chacun doit vraiment jouer son rôle…

To Be Hamlet Or Not
De et mis en scène de Charlotte Rondelez
Avec Pauline Devinat, Céline Espérin, Julien Le Provost, Harold Savary et Cédric Villenave
Musique de Ben Brion
Lumières de François Loiseau

Théâtre du Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs – Paris 6e

Jusqu’au 1er mai 2016
Du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 15h
Réservations: 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr

A lire aussi dans Théâtre :

Pharmakos : le rôle du bouc émissaire au théâtre

Un pertinent dialogue théâtral entre Anna Karenina et Constantin Lévine

Théâtre Paris-Villette : promoteur de création contemporaine

Théâtre National de Strasbourg : une fin de saison riche en émotions

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à