Le Prophète : un conte poétique pour enfants philosophes

par

Par Florence Yérémian – Le Prophète est un ouvrage écrit au siècle dernier par le poète libanais Khalil Gibran. Dans une langue simple et pénétrante, ce recueil met en avant les préceptes d’un sage en exil qui tente de répondre aux grandes questions de l’existence. A travers 26 textes moralistes, il aborde des thèmes aussi universels que l’amitié, la liberté ou la mort, tout en conservant l’Amour pour fil directeur.

Séduite par les adages et le lyrisme de cet auteur maronite, la belle Salma Hayek a voulu mettre ses écrits en images. Pour ce faire, elle a fait appel à une équipe de graphistes et de cinéastes qui ont réussi à retranscrire l’essence du livre de Khalil Gibran dans un beau film d’animation.

Afin de donner une trame véritable à ce texte mystique, le réalisateur Roger Allers a du lui broder un tout nouveau scénario : son récit met en scène la rencontre de la jeune Almitra (qui nous fait subtilement penser à Valentina, la fille de Salma Hayek) avec un prisonnier au grand coeur nommé Mustafa. Tous deux vivent sur l’île imaginaire d’Orphalese et ils partagent une grande soif de beauté et de liberté. Le jour où Mustafa peut enfin quitter sa cellule, il est emmené par des soldats censés le conduire à un bateau. Le long de son trajet vers le port, le sage homme va porter la bonne parole aux gens du village qui l’acclament sans se douter qu’un complot se trame contre lui. En effet, les grands de ce monde n’apprécient guère les prophètes qui incitent habituellement le peuple à réfléchir et à se rebeller… Fort heureusement pour Mustafa, la petite Almitra veille sur lui et va tout faire pour venir en aide à son ami.

Bien que Le Prophète soit un spectacle familial confectionné dans l’esprit d’un conte oriental, il est assez difficile de le catégoriser: le graphisme, l’histoire et l’amusant profil des personnages qui oscillent entre Aladin et Scheherazade sont accessibles dès l’âge de cinq ans. Il en va cependant tout autrement des dialogues car la plupart des paroles déclamées par Mustafa – qui incarne Khalil Gibran – sont d’une très grande portée philosophique. Lorsqu’il parle d’égalité, de liberté ou qu’il célèbre le respect mutuel au sein d’un couple, les aphorismes de ce protagoniste portent un beau message de tolérance mais ils deviennent soudainement trop complexes pour de jeunes oreilles. Certes, chaque enfant possède une sensibilité propre mais les paraboles moralisatrices sont si nombreuses dans ce film d’animation que la majorité des jeunes spectateurs risque de se lasser d’un tel excès de rhétorique.
Fort heureusement les images sont magnifiques et d’une immense variété. En effet, chacun des poèmes professés par Mustafa est enluminé d’une main d’artiste différente : en fonction du style des dessinateurs, les illustrations deviennent kaléidoscopiques, elles se transforment en miniatures perses ou elles explosent dans un cocktail de formes et de couleurs psychédéliques. En étant attentif l’on peut même y reconnaitre des silhouettes féminines tout droit sorties d’un tableau de Munch ou une profusion d’arabesques directement inspirées d’une oeuvre de Gustav Klimt. Ces purs moments de poésie iconographique sauvent le scénario de sa complexité car ils permettent au public de se laisser porter à travers la beauté symbolique des images qui distillent l’essence de ce texte fort moralisateur.

Le Prophète? Laissez-vous porter par la musique, la poésie des images et l’allègre voix de Mika.

Le Prophète
D’après l’oeuvre de Kahlil Gibran
Réalisé par Roger Allers
Co-produit par Salma Hayek-Pinault
Avec les voix de Salma Hayek-Pinault (Kamila) et de Mika (Mustafa)
Musique signée: Damien Rice, Glen Hansard and Yo-Yo Ma
Illustration: Tomm Moore, Bill Plympton, Joan Gratz, Nina Paley, Joann Sfar, Michal Socha, Mohammed Saeed Harib, Gaeton Brizzi and Paul Brizzi.

Sortie en salles au cinéma : le 2 décembre 2015

Lire aussi :

My skinny sister : un autre regard sur l’anorexie

En mai, fais ce qu’il te plaît : un film tissé d’amertume et d’émotion pastorale

Mon Roi : Autopsie d’une passion dévastatrice, le nouveau film de Maïwenn

Mune le gardien de la lune : une quête initiatique constellée de poésie

Asphalte: Chroniques mélancomiques du désamour

La Glace et le Ciel : un documentaire militant pour l’avenir de la planète

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à