fbpx

L’homme de paille: une superbe friandise théâtrale signée Feydeau

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ L’homme de paille est un excellent divertissement qui mériterait d’être plus connu. Dans cette friandise théâtrale écrite par Feydeau à l’âge de 23 ans, deux hurluberlus se rencontrent dans l’appartement d’une certaine Citoyenne Marie. Cette dernière est une politicienne qui cherche à épouser un homme de paille en vue des prochaines élections. Marie étant absente, les prétendants vont se prendre réciproquement pour la Citoyenne et tenter de se séduire en oubliant qu’ils sont tous deux du même sexe!

A travers cette courte pièce, Georges Feydeau frôle avec finesse les rives du théâtre de l’absurde. S’appuyant sur un succulent quiproquo, il pousse ses personnages vers une telle méprise des identités que sa comédie en devient surréaliste. Dans cette pétillante adaptation scénographiée par Benjamin Moreau, le duo d’acteurs interprétant Salmèque et Farlane entretient si bien la fantaisie de l’auteur qu’ils transportent totalement le spectateur dans leur délire. Prenant place au sein d’un petit décor XIXème garni d’un divan cramoisi, ces gais lurons enchainent les répliques autant que les simagrées avec un enthousiasme rodé comme une mécanique.
C’est à Frederic Le Sacripan que revient le rôle du premier larron: avec ses boucles blondes et sa voix de jars, il confère au citoyen Farlane l’arrogance ridicule du titi parisien. La clope au bec et la cane au bout des doigts, il rimaille comme une canaille et transforme le texte de Feydeau en une prose aussi extensible que chantante. Fixant le public de ses yeux exorbités, il n’hésite pas à le toiser ardemment tout en jouant les gigolos mentalement travestis. A ses côtés, le comédien Bruno Blairet incarne un Salmèque des plus caricaturaux: dans un registre aussi moelleux que son ridicule chapeau melon, il interprète goulûment le corniaud provincial tout droit sorti de son Quimper natal. Aussi avare que loufoque, il se présente dans l’appartement de la Citoyenne Marie vêtu d’un grotesque costume blanc et s’acharne à son tour à vouloir charmer Farlane.
La mise en scène épurée de Benjamin Moreau permet à ces deux grands acteurs de faire exploser leur incroyable talent: à travers un jeu de miroir méticuleusement alambiqué, Frédéric Le Sacripant et Bruno Blairet se lancent ainsi dans une ahurissante parade prénuptiale. Allègres et sans complexe, ils se déhanchent, se frôlent et se courtisent mutuellement en laissant s’échapper de leurs corps virils une étonnante part de féminité. Tandis que l’un se met à cirer le parquet en cambrant aguicheusement les reins, l’autre passe le balai à ses côtés dans une chorégraphie ménagère apte à ressusciter Freddy Mercury. Alternant les accents belge ou marseillais, ces deux histrions n’arrêtent pas de chahuter ou de se congratuler en truffant leurs dialogues de succulentes apartés qui relancent sans cesse le rire du public.
Par-delà les rêves de grandeur et les projets matrimoniaux de ce couple de branquignols, cette farce sociale passe également en revue les dérives de la politique ou les incohérences de l’art contemporain. Evoquant sans sourciller la polygamie et le divorce, elle prouve une fois de plus la désopilante ouverture d’esprit de Feydeau et met en avant son étonnante modernité!

L’homme de paille? Une heure de pur bonheur pour rire pleinement de la bêtise humaine! Ne vous en privez-pas!

L’homme de paille
de Georges Feydeau
Mise en scène et scénographie: Benjamin Moreau
Avec Bruno Blairet et Frédéric Le Sacripan

Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
Paris 6e

Jusqu’au 13 juin 2015
Du mardi au samedi à 18h30
Réservations: 0145445734

A voir aussi ( ou pas…):

Appels en absence: une mise en scène mordante et inventive

Opus Cœur: une rencontre amère entre deux solitudes

Albertine Sarrazin: le portrait doux-amer d’une écrivaine en cavale

Perrichon voyage toujours et… fait escale à Saint Barth!

Les Caprices de Marianne: un drame amoureux sur fond de farandole napolitaine

L’apprenti magicien : un spectacle qui séduit de 4 à 100 ans!

4.48 Psychose: une introspection théâtrale qui manque de nuances

Lamine Lezghad : de l’humour trash sans limite ni tabou

Le prisonnier du Château d’If: un bel échange théâtral entre deux condamnés

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à