fbpx

Nicolas Barreau : les indicibles « instants de l’amour »

par

Par Félix Brun – bscnews.fr/ Gare aux lettres d’amour ! A quinze ans, Jean-Luc Champollion en a éprouvé une frustrante et déstabilisante déconvenue…..Malgré tout, lorsqu’il en reçoit une signée « Principessa », il se prend au jeu de cet échange intrigant, énigmatique et exaltant. Cet élégant et séduisant galeriste se laisse entraîner dans cette loterie épistolaire.

« Comment écrit-on à une personne qu’on ne connait pas, qu’on ne voit pas devant soi, qui vous a livré de rares indices énigmatiques, que vous tentez en vain de replacer dans leur contexte, mais qui vous a écrit avec tant d’amour et vous a confié tant de belles choses sur vous-même que vous avez envie de faire sa connaissance. »? Jean-Luc se passionne, s’embrase…. « Les missives sont déjà devenues (s)a drogue quotidienne. » Jusqu’où ira-t-il pour rencontrer cette femme, pour la convaincre de se dévoiler, elle qui semble bien le connaître et l’aimer?
Grand maître de l’énigme amoureuse, Nicolas Barreau installe à nouveau ses lecteurs dans un Paris insolite, décor humanisé de cette histoire. Avec une écriture dépouillée et agréable, pleine d’humour et d’autodérision, le lecteur s’enquiert avec l’auteur de la quête de cette mystérieuse dame aux billets envoutants. « Le secret élève le normal au rang de l’extraordinaire. » Jean-Luc Champollion fréquente une délicieuse galerie de personnages attachants et colorés, sans oublier son fidèle « Cézanne » : « Ce qu’il y a de fantastique avec les chiens, c’est qu’ils vous pardonnent toujours et ne se vexent jamais. ». Ce livre est un délice que l’on peut savourer sans retenue et sans compter le temps.

« Le temps est une chose étrange. Il domine notre vie comme nulle autre mesure. [….] Le temps court devant, il rampe derrière, et il n’existe qu’un moment précis où nous le dominons. […] Ce sont les instants de l’amour. »

Tu me trouveras au bout du monde

Auteur : Nicolas Barreau
Edition : Héloïse d’ Ormesson

A lire aussi:

Lignes brisées : la « valse cruelle des amours adolescentes »

Pierre Ménard : l’érudition joyeuse ou « comment paraître intelligent ? »

Dimitri Verhulst : un savoureux hymne aux joies de la démence

Saskia de Rothschild : un 1er roman qui révèle d’agréables dispositions au sarcasme

Hanne-Vibeke Holst : Au nord… rien de nouveau !

Jacques Tallote et la liberté bafouée

Caroline Deyns : la vengeance du stylo à plume

A la mesure de nos silences : le roman émouvant de Sophie Loubière

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à