fbpx

Le Revizor: une pièce à l’humour corrosif signée Nikolaï Gogol

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Dans une petite bourgade du fin fond de la Russie tsariste, on apprend l’arrivée d’un « Revizor ». Envoyé incognito par le gouvernement, cet inspecteur va mettre la ville en émoi car l’ensemble du corps administratif est totalement corrompu: entre les abus de pouvoir, les pots-de-vin et les détournements de fonds, le gouverneur et ses notables sont gangrénés jusqu’à l’os! Afin de dissimuler leurs malversations au Ministère, tous tentent de soudoyer le Revizor : bon vin, cigares, civilités et courbettes, aucune astuce n’est laissée de côté pour attirer les faveurs du distingué émissaire. Dans ce chaos général, personne ne s’aperçoit cependant que ce jeune petersbourgeois n’est qu’un simple voyageur avide de confort et de bonne chair…

Le quiproquo inventé par Gogol est succulent. Parue en 1836, cette satire populaire de la corruption s’attaque avec humour et causticité aux hautes sphères du pouvoir. Partant d’une petite ville de Province, cette critique a l’avantage de pouvoir s’adapter à n’importe quel système gouvernemental de la planète, ce qui fait d’elle une pantomime aussi universelle qu’intemporelle.

Par delà quelques tirades un peu longues, la mise en scène de Ronan Rivière et Aymeline Alix est très ingénieuse. Entre les apartés, les chassés-croisés de notables et les fausses demandes en mariage, elle nous fait parfois songer à un vaudeville de Feydeau qui se moquerait des provinciaux autant que de la bêtise humaine. Au coeur de ce branle-bas de combat, l’exiguïté de la scène et l’originalité du décor bancal accentuent le comique visuel en soulignant les travers et les pensées tordues de tous les protagonistes. Cette assemblée de menteurs hypocrites est, par ailleurs, portée par une ardente troupe de comédiens à la limite de l’hystérie.
Anton Antonovitch, le gouverneur de la ville, est interprété par Jean-Benoît Terral: l’oeil fourbe, le cheveu gras et les tempes suant de lâcheté, il nous sert une belle canaille prête aux pires flagorneries pour amadouer le Revizor. Ce dernier, tout aussi trompeur, est délicieusement incarné par Ronan Rivière: avec son allure distinguée de gringalet au nez pointu, il passe subtilement du stade de jeune voyageur affamé à celui du hiératique envoyé du Ministère. Se vantant d’être comme cul et chemise avec tous les hauts pontifes du pays, il se pavane dans son beau complet de 300 roubles, tire les ficelles de ces grotesques notables et n’hésite pas à courtiser publiquement la fille du gouverneur. Seule femme sur le plateau, Christelle Saez joue sans complexe les grues de province: aussi naïve que percutante, elle manie l’autodérision avec beaucoup d’humour et de vigueur. Saluons aussi les prestations d’Osip le serviteur (Louis Thelier) et des pathétiques fonctionnaires Bobtchinski (Michaël Cohen) et Dobtchinski (Jérôme Rodriguez): dans leur effusion de frousse et de flatterie, ces compères zozotants achèvent de tourner au ridicule l’ensemble de l’appareil administratif.

Vous l’avez compris, au sein de ce spectacle truculent, le désordre est de mise : tout le monde court, fabule et ment effrontément sous le regard peu sourcilleux de Dieu. Afin d’égayer d’avantage cette partition théâtrale, les comédiens ont aussi fait appel à un incroyable pianiste : Léon Bailly. Semblable à un mystérieux hipster tout droit sorti de la Russie Tsariste, ce singulier musicien ne quitte pas son piano bancal durant une heure trente et ponctue de mélopées l’ensemble de la pièce. Si vous venez le voir vous comprendrez pourquoi il mérite à lui seul une ovation…

Le Revizor
de Nicolaï Gogol
Mis en scène par Ronan Rivière et Aymeline Alix
Musique : Léon Bailly, Scénographie : Antoine Milian, Costumes : Elsa Fabrega, Lumières : Xavier Duthu
Avec Michaël Cohen (Bobtchinski), Ronan Rivière (Khlestakof), Jérôme Rodriguez (Dobtchinski), Christelle Saez (Maria), Jean-Benoît Terral (Le Gouverneur), Louis Thelier (Osip) et Léon Bailly au piano.

Le Lucernaire
53, rue Notre Dame des Champs – Paris 6e

Jusqu’au 25 janvier 2015
Du mardi au Samedi à 21h30
Le dimanche à 17h
Reservations: 0145445734

A voir aussi ( ou pas…):

Place Royale? Une pièce qui réhabilite l’extravagance de Corneille!

Oyez, oyez, ce bien réjouissant éloge du Paris médiéval !

Un mariage, des flingues et des poissons: une comédie déjantée qui vous convie tous à la noce!Article

Mozart l’Enchanteur: un allègre voyage musical dans les pas d’Amadeus

Klesudra: un conte poétique qui vous promène au fil de l’eau

Le Marchand de Venise : un bel hommage au Shylock de Shakespeare…

Les Trois Soeurs: une mise en scène étonnante du spleen tchékhovien

L’époque formidable du jeune humoriste Ben H

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à