fbpx

Un mariage, des flingues et des poissons: une comédie déjantée qui vous convie tous à la noce!

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Un prêtre qui disparait, un mari menotté par sa femme, un beau père totalement psychopathe et une jeune épousée folle de la gâchette: voici, à peu de choses près, les principaux personnages de cette comédie ubuesque et déjantée…

Tout débute le jour des noces de Serge et Catherine. Malgré l’amour – plutôt physique – qu’il porte envers sa promise, Serge réalise « brutalement » à quel point Catherine est odieuse et dominatrice. Il décide alors de s’enfuir mais c’est sans compter sur le mauvais caractère de cette mégère qui se précipite sur la collection de flingues de son père et tire dans le tas. Manque de chance, c’est le pauvre « Père Uch » qui est touché! Tandis que chacun tente de dissimuler le corps de ce saint homme, on s’aperçoit qu’il bat de l’aile mais n’est pas vraiment mort!
A mi-chemin entre Hibernatus et Joyeuses Funérailles, cette pièce, mise en scène par Thomas Sans, est une succession de chassés-croisés complètement délirants: tourbillonnant autour d’un cadavre qui n’en est pas un, tous les protagonistes ne cessent de se houspiller et parviennent à surchauffer la salle dans un rythme frénétique. Il faut dire que les comédiens de la Compagnie Papa Chico n’ont peur de rien! Thomas Sans s’amuse à nous offrir un beau-père sanguin et sans scrupule: affublé d’une pelle ou d’un pistolet, il est continuellement prêt à tuer ou enterrer ses semblables. Sa fille Catherine (Sandra Desz) est tout aussi névrosée: en cloque jusqu’aux oreilles, elle court à tout va et déploie frénétiquement son despotisme. L’insistance dont elle fait preuve à l’égard de son pauvre époux est d’ailleurs particulièrement excessive: un jeu davantage nuancé permettrait à cette jeune interprète d’être plus convaincante. En ce qui concerne l’époux martyr, Thomas Racine lui confère une personnalité assez particulière: à la fois soumis et révolté, sa composition alterne entre des moments de panique et une décontraction impressionnante: sa prestation en string rouge-satin est, à ce propos, des plus cocasses! Dans un autre registre, saluons aussi Bertrand, le témoin des mariés: déguisé en centurion romain ou faisant du bouche à bouche avec un poisson rouge, cet acteur (Bertrand Goncalves) ne manque pas de peps et d’autodérision. Reste enfin Ronan Pecout qui se coule admirablement dans le rôle du Père Uch: aussi cynique que jovial, ce prêtre-souffre-douleur est malmené du début à la fin de la pièce: balloté dans un tapis, enfermé dans des toilettes ou baillonné sur une chaise, il finira même par jouer les sages-femmes, bien contre son gré.
Entre les flash-back, les lancés de grenades et la distribution de pétales de roses auprès des spectateurs de la salle, vous l’avez compris: ces joyeux lurons vont tout mettre en oeuvre pour vous faire passer une soirée houleuse jusqu’à l’intervention finale d’un inspecteur aux accents jamesbondesques…
Un mariage, des flingues et des poissons? Une histoire de cadavre… exquise et divertissante.

Un mariage, des flingues et… des poissons
Ecrit et mis en scène par Thomas Sans
Avec Thomas Racine, Bertrand Goncalves, Jérémie Dupanloup, Thomas Sans, Sandra Desz et Ronan Pecout ( (en alternance avec Marc Maurille)

Théâtre Le Funambule Montmartre
53, rue des Saules – Paris 18e
Métro: Lamarck-Caulaincourt

Jusqu’au 1er février 2015
Les jeudis, vendredis et samedis à 20h
Le dimanche à 16h
Réservations: 0142238883

Ce spectacle fait également parti de la soirée « Réveillon 2015 » organisée par le Funambule Montmartre: pour finir l’année en beauté, ce petit théâtre vous propose de voir 4 pièces d’affilée entre 16h à 23h. En sirotant votre champagne, vous pourrez successivement apprécier le vaudeville « Feu la mère de Madame » de Georges Feydeau, la comédie « Cuisine et dépendances » de Jaoui et Bacri, le One-man-show de Fred Sigrist et conclure en beauté avec « Un mariage, des flingues et … des poissons ». (Le 31 décembre 2014 – Tarif unique: 32€)

A lire aussi:

Mozart l’Enchanteur: un allègre voyage musical dans les pas d’Amadeus

Klesudra: un conte poétique qui vous promène au fil de l’eau

Le Marchand de Venise : un bel hommage au Shylock de Shakespeare…

Les Trois Soeurs: une mise en scène étonnante du spleen tchékhovien

L’époque formidable du jeune humoriste Ben H

Stéphane Rousseau brise la glace mais n’allume pas le feu

Mary Prince: les sombres confessions d’une esclave des Antilles

Neige Noire: une partition soft & funny autour de Billie Holiday

La peau d’Elisa: une pièce qui vous effleure, sans plus…

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à