fbpx

Klesudra: un conte poétique qui vous promène au fil de l’eau

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Matthieu est jongleur, Gérard comédien et Corinne musicienne. Mi-troubadours, mi-saltimbanques, ils se sont réunis sous le nom biscornu des « Frères Kazamaroffs » pour nous conter une belle histoire sur le thème de l’eau. A travers un spectacle incantatoire et aquatique, ils parlent de cet élément vital dont ils ont pris conscience au fil de leur long périple en Eurasie. Par le biais de la jongle et de la magie, ils mettent en scène le récit de Tserendavaa, une immense marionette de taille humaine qu’ils manipulent conjointement à bout de bras.

Le vieux Tserendavaa a perdu le gout de vivre. En voulant créer son propre puits pour ne plus aller chercher quotidiennement de l’eau, il a privé le village de sa source et s’est mis à dos toute la population. Son jardin est magnifique, son eau aussi claire que fraiche mais à présent c’est son coeur qui s’est asséché car il se retrouve bien seul dans sa maison…
Afin de mettre en image cette fable naive et moraliste, les trois artistes de la Compagnie Kazamaroffs ont conçu un spectacle très poétique. Ce n’est pas de la haute voltige ni du grand Molière mais il émane de cette parenthèse théâtrale un charme rural ainsi qu’une séduisante fragilité: durant plus d’une heure, l’on y découvre des éventails faisant voleter un papillon rouge ou des dessins d’ombre et de lumière réalisés devant nos yeux avec du sable fin. Au rythme des bruits d’eau et des mélopées folkloriques, transparait également un certain humour candide et maladroit: débordant d’imagination, les comédiens jonglent avec des louches, transforment des cuillères en personnages, rendent une théière jalouse et font apparaître des boules de cristal au milieu d’une rivière chimérique.
L’ensemble de cette pièce se déroule au sein d’un décor de bois chaud qui nous donne l’impression d’être installés au coeur même d’une isba. Tandis que Corinne Chevauché fait chanter son violon, on se laisse doucement emporter par l’alchimie de cette veillée enfantine et populaire. Même si le scénario n’est pas transcendant, la troupe des Kazamaroffs nous donne envie de prendre notre temps pour écouter ce récit des steppes qui s’écoule aussi lentement que le goutte à goutte d’une clepsydre…
Klesudra? Un voyage fluide et délicat à faire partager aux enfants.

Klesudra ou celui qui vole l’eau
Mise en scène: Mathieu Desfemmes
La Cie Les Frères Kazamaroffs: Gérard Clarté, Corinne Chevauché, Matthieu Rauchvarger

Le Grand Parquet
Jardin d’Eole – 35, rue d’Aubervilliers – Paris 18e
M° Stalingrad – Marx Dormoy

Jusqu’au 21 décembre 2014
Jeudi, vendredi, samedi à 20h
Dimanche à 15h
le 18 décembre à 14h
A partir de 4 ans – Durée 1h10

A lire aussi:

Le Marchand de Venise : un bel hommage au Shylock de Shakespeare…

Les Trois Soeurs: une mise en scène étonnante du spleen tchékhovien

L’époque formidable du jeune humoriste Ben H

Stéphane Rousseau brise la glace mais n’allume pas le feu

Mary Prince: les sombres confessions d’une esclave des Antilles

Neige Noire: une partition soft & funny autour de Billie Holiday

La peau d’Elisa: une pièce qui vous effleure, sans plus…

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à