fbpx

Un spectacle « éroti-comique » qui manque d’audace

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Chacun sur cette terre possède des notions plus ou moins claires du Kâmasûtra. Il n’en va pas de même pour le traité d’érotologie de Nafzâwî, si poétiquement nommé La prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs. Commandé par un vizir du XVe siècle, cet ouvrage « savant » est pourtant un savoureux condensé d’idées et de conseils bienveillants sur la question coïtale. Entièrement dédié à Dieu et au chemin à suivre pour arriver au plaisir de la « conjonction » des corps, ce singulier opuscule déborde de recettes aphrodisiaques, de remèdes contre l’impuissance et de positions sexuelles plutôt farfelues.

Séduit par la teneur à la fois ludique et poétique de ce texte, Didier Carrier a choisi de le mettre en scène sous la forme d’une conférence à deux voix. D’un côté, il a placé l’auteur, Nafzâwî, en lui conférant l’apparence d’un médecin érudit, et de l’autre, sa jeune assistante, aussi espiègle que naive. Face aux dialogues de ce duo décalé, les spectateurs découvrent avec amusement toute une palette de fausses croyances se mêlant à de désuets préceptes de séduction. On apprend ainsi que le trèfle d’Afrique sert à contrer l’enfantement tandis qu’un cataplasme aux vers de terre est tout à fait apte à ranimer le membre d’Adam… Par delà ces grigris et ces médecines douces, la prose de Nafzâwî nous abreuve également d’un foisonnement de substantifs pour désigner les organes sexuels et elle n’hésite pas à parler abruptement de « pilonnage » ou de vacillations pour en définir l’acte. On sourit de voir à quel point ce théoricien du Moyen âge parvient à présenter un sujet aussi lascif que la sexualité avec un tel sérieux! On s’étonne également de la modernité de son propos en constatant qu’à une époque aussi reculée, l’homme et la femme soient parfaitement mis à égalité dans un pays pourtant islamique…
Malgré la fraicheur de ce kâmasûtra oriental et la subtilité de sa verve, on regrette réellement le manque d’audace des comédiens: ils s’échauffent, se taquinent mutuellement, défendent chacun leur bon plaisir et pourtant la pièce ne décolle pas car leur interprétation scénique demeure trop retenue! Debout devant son pupitre, l’élégant Stefan Godin (Nafzâwî) se pose en médecin-poète. Les mains érigées à la verticale, il s’en sert pour louer dieu autant que pour symboliser l’érection de son vit. Dissimulé derrière son visage impassible et ses petites fiches si bien cataloguées, il nous fait songer à un vieux sage déclamant froidement un sermon de sexologie! Avec son regard bleu persan et sa belle voix de rocaille, on se désole de voir cet acteur si sérieux. Vu son charisme, il ne devrait pas hésiter à jouer aussi la carte de la séduction avec le public féminin en orientant sa gestuelle et son intonation vers des sentiers beaucoup plus sensuels.
A ses côtés, Bénédicte Bosc s’applique à composer une assistante apparemment candide. Malgré ses petites lunettes et ses airs de nonne, elle ose ponctuellement contrarier son maître-partenaire afin de prendre la défense de son propre sexe. Ses apartés contrebalancent ludiquement le prêche de Nafzâwî mais, à son tour, la comédienne n’explore pas assez la fibre délirante que lui offre son personnage. Le texte de La prairie parfumée se prête pourtant parfaitement à une interprétation comique. En optant pour une approche beaucoup plus burlesque, Bénédicte Bosc gagnerait en puissance et décomplexerait totalement la mise en scène de cette pièce érotique .
Au lieu de distribuer du ginseng aux spectateurs, peut-être faudrait-il que ce couple d’acteurs en consomme lui-même afin de stimuler son ardeur théâtrale? La salle passerait ainsi certainement du rire à l’émoi. Il n’est jamais trop tard pour bien faire…

La prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs
Mise en scène Didier Carrier
Avec Bénédicte Bosc et Stefan Godin

Théâtre de l’Essaïon
6, rue Pierre au Lard – Paris 4e
M° Hotel de ville, Châtelet, Rambuteau

Jusqu’au 14 décembre 2014
Les dimanches à 18h
Les jeudi, vendredi, samedi (variables)
Réservations: 0142784642

A voir aussi ( ou pas….):

Trois actrices dont une : un voyage déjanté dans les coulisses du monde du théâtre

Sans peur ni malice? Une courte pièce pour donner du courage aux plus petits!

Bellissima Locandiera! Elle vous séduira tous!

Tous les pourquoi de Michaël Hirsch

Chère Elena: une pièce « made in URSS » au casting percutant

L’Avare? Avec cette pièce, on en a vraiment pour son argent!

La rupture parfaite? Késako?

Roman-photo : une comédie sympathique

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à