fbpx

Bellissima Locandiera! Elle vous séduira tous!

par

Par Florence G.Yérémian – bscnews.fr/ La pièce de Goldoni prend place à Florence au sein d’une chaleureuse auberge où Mirandoline, la patronne, fait tourner la tête à tous les hommes qui passent: marquis ruiné, comte vaniteux ou simple laquais, chaque voyageur s’amourache de cette séductrice et la courtise assidûment en la couvrant de mots doux ou de somptueux cadeaux. Avec un tel succès, la belle hôtesse devrait s’estimer heureuse, seulement voilà: un homme ose lui résister, un certain Chevalier de Ripafratta. Misogyne au plus haut degré, ce dernier se targue de detester la gente féminine et il affirme haut et fort qu’aucune femme ne parviendra à le faire fléchir! Face à un tel défi, Mirandoline va sortir ses plus beaux atours afin d’humilier le présomptueux gentilhomme et donner raison à ses acolytes du sexe « faible ».

C’est dans une ambiance folâtre et fantaisiste que la compagnie des Nomadesques déploie énergiquement son talent. Rythmée de musique italienne et de portes qui parlent, la mise en scène de Vincent Caire est volontairement épurée afin de laisser jaillir toute l’allégresse de cette jeune troupe. Vêtus en costumes d’époque, les comédiens portent avec fougue les multiples personnages de cette délicieuse comédie de Goldoni. Il en va ainsi d’Alexandre Tourneur qui compose avec brio le rôle du Comte d’Albafiorita : rustre comme un ours embourgeoisé, il rumine, tire énergiquement l’épée, se vante à tout va et brandit son argent comme seule vérité. Dans un tout autre registre, Cédric Miele incarne pudibondement le pathétique Marquis de Forlipopoli : la moustache fine et le bas blanc, il est le triste représentant d’une noblesse ruinée se cachant derriere des pourpoints de soie rapiécés et vivant au crochet des autres. Par delà les titres de noblesse et les sequins de ces deux piètres courtisans, lévite le Chevalier (Damien Coden). Avec son sourcil altier et sa barbiche ciselée à la flamande, il semble tout droit sorti d’un tableau de Rubens. Jouant les cruels avec provocation, il se laisse peu à peu séduire par l’aguichante Mirandoline. Cette dernière est interprétée avec panache par la caractérielle Karine Tabet: la verve aussi moqueuse que féconde, elle ne cesse de parler au public, complote en Italien, taquine ses galants et se délecte en apprivoisant poco a poco ce prétentieux Chevalier. Malgré sa victoire, elle finira par épouser sagement son valet de chambre (prestement joué par Franck Cadoux qui tient aussi le rôle du larbin bégayeur) mais elle aura néanmoins la satisfaction d’avoir prouvé à tous le pouvoir des femmes.
La pièce de Carlo Goldoni peut passer comme une amusante mise en garde à ces messieurs : selon les dires moqueurs de ce génialissime auteur italien, les femmes seraient menteuses, fausses et enjôleuses… Avouons-le cependant: quel homme pourrait résister à une femme s’il lui laisse le temps de faire usage de son art? Hum? Sûrement pas le Chevalier…
La Locandiera? Ne ratez pas cette pièce allègre et spirituelle. Elle vous fera succomber!

NB: Bravo à Mahaut d’Arthuys et Gaël Colin (superbement travesti avec sa crinoline orange!) pour leur tandem burlesque des fausses Comtesses!

La Locandiera
De Carlo Goldoni
Adaptation et Mise en scène de Vincent Caire
Avec la Cie des Nomadesques: Franck Cadoux, Damien Coden, Gaël Colin, Mahaut D’Arthuys, Cedric Miele, Karine Tabet et Alexandre Tourneur

Théâtre La Boussole
29 rue de Dunkerque – Paris 10e
M° Gare du Nord

Jusqu’au 13 janvier 2015
Les lundis et mardis à 20h30
Réservations: 0185080950

A voir aussi ( ou pas…):

Tous les pourquoi de Michaël Hirsch

Chère Elena: une pièce « made in URSS » au casting percutant

L’Avare? Avec cette pièce, on en a vraiment pour son argent!

La rupture parfaite? Késako?

Roman-photo : une comédie sympathique

Accordez-moi Paris : une comédie historique interactive confuse

Scarecrows? C’est Halloween avant l’heure!

Scapin? Une pièce sémillante portée par un valet hyperactif!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à