fbpx

Comme le vent : Armida Miserere et le milieu carcéral italien

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ Tiré d’une histoire vraie, ‘Comme le vent’ raconte le parcours d’Armida Miserere, l’une des premières femmes directrices de prison en Italie qui a, entre 1990 et 2003, aboli les privilèges octroyés aux organisations mafieuses dans le milieu carcéral italien.

C’est dans une atmosphère tout à fait intimiste et oppressante que nous suivons le combat sans relâche de cette femme au courage inébranlable, bien déterminée à faire respecter les droits des détenus malgré les menaces de mort qui pèsent régulièrement sur elle. Indépendante, elle ne partage son quotidien qu’avec ses deux bergers allemands jusqu’à ce qu’elle trouve en la personne d’Umberto Marmile – éducateur respectable et respecté en prison – un homme à la hauteur de ses exigences. Elle s’épanouit alors à ses côtés dans une histoire d’amour simple et intense. Mais tout s’effondre le jour où Umberto, alors âgé de 37 ans, se fait assassiner par la mafia. Armida ne parviendra jamais à remplir ce vide, mais poursuivra sa quête de vérité et de justice sans se laisser intimider par les menaces de plus en plus violentes dont elle fait l’objet, allant même jusqu’à accepter la direction de prisons parmi les plus dangereuses. Intimement blessée, sans attache, la jeune femme sait se faire respecter dans un environnement pourtant aussi machiste qu’oppressant.
La performance de Valeria Golino, qui interprète le rôle d’Armida Miserere avec beaucoup de justesse, de pudeur et de simplicité, est à souligner. Elle parvient à garder notre attention intacte pendant presque 2h, et s’il peut s’avérer irritant que la jeune femme fume à quasiment chacune de ses apparitions à l’écran, cela renforce néanmoins le climat de tension qui plane d’un bout à l’autre de ce film, qui se place à mi-chemin entre le film engagé et l’histoire d’amour. A voir !

Comme le vent

Réalisé par Marco Simon Puccioni

Avec Valeria Golino, Filippo Timi, Francesco Scianna

Sortie en salle le 18 juin 2014.

A lire aussi:

Angelina Jolie : une Maléfique diaboliquement fidèle à Disney

VINCENT de Paul Cox: une homélie sur les mystères et la foi de Van Gogh

Cinéma : la lecture est un film qui permet à chacun d’être le réalisateur de ses fantasmes

12 Years a Slave : une adaptation éveillant les tourments historiques avec lucidité

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à