fbpx

Molière réincarné en conférencière? Une farce bipolaire !

par

Par Florence Gopikian Yérémian- bscnews.fr/ Imaginez une conférencière bipolaire partagée entre deux entités: d’un côté, il y a une séminariste discrète et un peu prude, et de l’autre, il y a tout simplement Molière.

A travers une seule et unique enveloppe corporelle, ces deux êtres cohabitent et ne cessent de se quereller : tandis que la conférencière tente d’évoquer une version romancée de la vie de Molière, ce dernier dresse le poil et refuse de se complaire dans ces galéjades d’intello-fabulateurs. A chacune des phrases de ce double féminin, il s’insurge, lui coupe la parole et apporte haut et fort ses propres vérités.
Tel un Janus à deux voix, ce drôle de personnage nous brosse ainsi un portrait doux-amer de Jean Baptiste Poquelin. Passant d’un ton affecté à la grossièreté, il évoque les œuvres sublimes du dramaturge, son ascension auprès de Louis XIV mais aussi sa pauvreté ou ses multiples déboires conjugaux.
La mise en scène est intéressante mais c’est surtout l’interprétation de Françoise Thyrion qui retient toute l’attention des spectateurs. L’œil vif et le mollet preste, cette actrice est, à n’en pas douter, une force de la nature. Seule sur scène durant une heure, elle houspille, tape du pied, tire la langue et finit même par se gifler! Armée de ses cartes postales et de son i-phone débitant du Lully, elle réactualise Molière en lui offrant l’occasion de se réincarner au XXIe siècle. L’écrivain a ainsi la surprise de découvrir que son Tartuffe a été mis en bulles dans une bande dessinée et que ses œuvres complètes ont été traduites en coréen! Multiple et infatigable, Françoise Thyrion ne se contente pas de prendre l’apparence d’une timide conférencière ou de mimer Molière en roulant fortement les « r », elle s’amuse aussi à jouer les perroquets roucoulant ou à incarner avec hardiesse un Roi Soleil piaffant et se tapant la cuisse! Profitant de sa complicité avec le public, elle se permet également d’inclure dans son spectacle une subtile parenthèse sur la triste situation des intermittents du spectacle.
Derrière ses audaces et son bagout braillard, cette étonnante comédienne sait aussi faire preuve d’une réelle distinction et nous déclamer du Molière en véritable amoureuse. Car elle l’aime son Poquelin, c’est une évidence, elle l’encense même! Voilà certainement pourquoi elle lui a consacré cette œuvre résurgente, histoire de faire ressusciter le grand homme ne serait-ce que le temps d’une farce…quitte à le voir affublé d’une jupe!

Molière par elle-même
De et avec : Françoise Thyrion
Mise en scène : Michel Valmer

Théâtre de Poche Montparnasse
75, boulevard du Montparnasse – Paris 14e

Les mardis 3, 10, 17 et 24 juin 2014
Réservations: 0145445021
www.theatredepoche-montparnasse.com

A lire aussi:

Qui est Qui? Une pièce « coup de jus », idéale pour recharger vos batteries!

Immortels? Une récréation théâtrale pour adolescents exacerbés

Avec la Compagnie Tutti Quanti: Place au Roi Nu et à la métamorphose théâtrale!

Nadia Roz : un petit bout de femme qui dynamite la salle

« Mais c’est absurde »? : Encore plus irrationnel que Ionesco!

Le Legs? Jusqu’à présent Marivaux était divertissant, avec Bernard Menez il devient résolument comique!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à