fbpx

« Mais c’est absurde »? : Encore plus irrationnel que Ionesco!

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Un psy et son patient se retrouvent confinés dans un cabinet où les portes ont brusquement disparu. La séance d’introspection s’y poursuit donc à huis clos dans un face à face des plus biscornus: le patient souhaite garder l’anonymat, il panique face à un examen de la prostate, il ne sait pas qui est son père et ne parvient plus à expliquer quelle est sa profession. A ses côtés, le psy gribouille des smileys sur son carnet, baisse fréquemment son pantalon et ne cesse d’appuyer sur un diffuseur de marijuana pour en inonder généreusement la pièce. Au sein de ces effluves très « smooth », les deux compères commencent alors à divaguer : ils s’essaient à l’hypnose, s’imaginent capitaine et moussaillon dérivant sur un radeau, improvisent une séance de recrutement chez Mac Do et se retrouvent mitraillant au sein de la Grande Guerre.

« Mais c’est absurde ! », allez-vous dire. Tout à fait! Le scénario de Manon Boudou et Mélissa Gardet est absolument et incontestablement absurde! Il ose même pousser au delà des limites du concept théâtral d’Eugène Ionesco en nous empêchant d’y trouver la moindre interprétation sous jacente. Dans cette pièce irrationnelle, les deux comédiens brodent et débitent leur texte à un rythme schizophrénique qui ne laisse la place à aucune ligne directrice. C’est de l’absurde pur dans toute sa splendeur: pas de sous-entendu, un texte ludique et une mise en scène pour le simple plaisir de l’interpréter en tentant de voir si le public suit. Et il suit de bon coeur car les deux acteurs sont excellents! Ronan Pécout interprète un psy percutant et hyperactif: il crie, joue à saute-mouton, enfile une crinière de félin et possède un débit de parole fabuleux. En contrepoint, Nicolas Guillemot, a opté pour un rôle plus réservé. Derrière son calme apparent, il incarne avec brio un patient dépressif débordant de pensées noires et d’inhibitions. Leur tandem est si déjanté qu’au fil de la pièce on se demande qui, du psy ou de son patient, est vraiment le plus à plaindre? A bien y réfléchir, on s’interroge aussi sur l’équilibre mental des acteurs : sont-ils aussi fous que leurs protagonistes ou leur aliénation est-elle due à un excès d’inhalation de ces effluves hallucinogènes? Allez savoir…
« Mais c’est absurde »: Du talent ? Incontestablement – Du sens? Pas vraiment…

Mais c’est absurde
Mise en scène: Manon Boudou et Mélissa Gardet
De et avec: Nicolas Guillemot et Ronan Pécout

Théâtre Comédie Contrescarpe
5, rue Blainville – Paris 5e
Métro Cardinal Lemoine – Place Monge

Jusqu’en aout 2014
Mardi, mercredi et dimanche à 20h
Réservations: 0143262560
lacompagniedumoutonnoir.fr

A lire aussi:

Le Legs? Jusqu’à présent Marivaux était divertissant, avec Bernard Menez il devient résolument comique!

Royale Légende? Une pièce épistolaire entre Marie-Antoinette et le Chevalier d’Éon

Monsieur Belleville : un passant pas comme les autres

Les mouettes d’Étretat: une histoire de Mektoub entre liberté et justice

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à