fbpx

Thé à la menthe ou t’es citron ? : du grand Boulevard à consommer sans modération

par

Par Florence Yérémian – bscnews.fr / Molière du meilleur spectacle comique 2011, Thé à la menthe ou t’es citron revient enfin sur les planches du Théâtre de la Renaissance. Mise en scène par Patrick Haudecoeur, cette excellente pièce de Boulevard va vous faire mourir de rire !

Tout débute par une répétition de comédiens la veille d’une première. Leur scénario est fort simple: « Un gentleman cambrioleur doit dérober les bijoux d’une comtesse qu’il a intentionnellement charmée… ». Seulement voilà, le décor de la salle est toujours en chantier et les acteurs ne sont absolument pas prêts pour le lendemain. Pris au cœur de cette situation catastrophique, la scénariste et le public vont devoir faire face à une avalanche de gaffes et de quiproquos.
C’est avec panache et malice que les comédiens (véritables ou incarnés) nous entrainent dans les coulisses de leur théâtre. Au centre de cette répétition qui tourne au grand guignol, Marie Lenoir incarne avec enthousiasme une maitresse de maison moqueuse et colérique. Avec sa voix pincée de canette britannique, elle se démène pour tenir la réplique au fils du producteur, un certain Juju incapable d’aligner une phrase dans le bon sens. Cet ahuri pistonné (Bernard Fructus) interprète pourtant le rôle principal du gentleman cambrioleur. Gauchement emballé dans une toge romaine, il semble aussi ridicule que timide et se retrouve paralysé dès qu’on lui demande d’embrasser sa partenaire. Autour de ce couple cocasse et querelleur butinent « humoureusement » un succulent essaim de personnages secondaires : un majordome en manque de reconnaissance, une couturière tête en l’air, un mari presque cocu (Excellent Urbain Cancelier en costume rose fuchsia ) et une metteur en scène qui tente de demeurer stoïque face à ce charivari d’incapables.
Le concept de faire « du théâtre dans le théâtre » est très original et il est superbement servi par cette palette d’acteurs totalement déjantés qui n’arrêtent pas un instant leur cadence. La pièce va à cent à l’heure et provoque les rires du public du début à la fin : entre les mauvaises répliques, les erreurs d’éclairage, les perruques qui s’accrochent et le décor en carton pâte qui finit par s’effondrer, ces branquignoles du sixième art vont vous faire passer plus d’un bon quart d’heure. Si, par hasard, le premier acte vous laisse sur votre faim, ne vous inquiétez pas: le second vous rendra hilare ! Thé à la menthe ou t’es citron? Une pièce succulente quelle que soit sa durée d’infusion.

Thé à la menthe ou t’es citron
De Danielle Navarro-Haudecoeur et Patrick Haudecoeur
Avec Marie Lenoir, Urbain Cancelier, Éliza Maillot, Bernard Fructus, Guillaume Laffly, Michel Legueyrie, Marina Valleix

Reprise de la comédie « Thé à la menthe ou t’es citron ? » jusqu’au 7 janvier 2017

Au Théâtre Fontaine
10 rue Pierre Fontaine – Paris 9e
www.theatrefontaine.com

Lire la suite :

Maitre Fendard : Le One Man Show d’un avocat improbable

Chantons dans le placard : Une pièce divertissante mais légère

Les Mioches? Une pièce thérapeutique pour mères en phase de régression

Festen : une pièce qui ne faiblit pas

Court sucré ou long sans sucre ? : la question de l’amour au travail…

Emilia: parfois le mal d’amour peut devenir meurtrier….

Clôture de l’amour : une brillante performance dont vous ne sortirez pas indemne

L’expérience civilisatrice des Jésuites du Paraguay: un drame de conscience

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à