fbpx

Court sucré ou long sans sucre ? : la question de l’amour au travail…

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ C’est l’effervescence au sein de l’agence événementielle Top Event tandis que l’équipe prépare l’arrivée de son plus fidèle client pour la prochaine convention commerciale des Charcuteries Flocel. Mais tout se complique lorsqu’une consultante nymphomane arrive pour superviser l’opération… Elle jette son dévolu sur le directeur de l’agence, qui se retrouve alors en bien fâcheuse posture… Lui qui est en instance de divorce, ira-t-il jusqu’à tromper sa femme et sa maîtresse pour sauver ce contrat ?

Que de rythme et d’énergie sur la scène de la Comédie Bastille ! Dans une mise en scène particulièrement riche et élaborée où aucun détail n’est laissé au hasard, les quiproquos, mensonges et autres situations coquasses se succèdent sans répit. Les comédiens se croisent, s’interpellent, les éclats de rire fusent, le téléphone sonne, les portes claquent, les passions se déchaînent… Pas de doute, tous les ingrédients du vaudeville moderne sont réunis autour de ces cinq personnages qui donnent littéralement vie à la scène. Pourtant, il semble manquer l’essentiel pour que la recette prenne et nous embarque véritablement. La mise en scène, aussi brillante soit-elle ne fait pas tout et les personnages se révèlent finalement assez creux et superficiels, à l’exception de Bruno Chapelle dont la prestation est à saluer tant elle porte presque à elle seule l’ensemble de la pièce. Brillant d’humour et d’authenticité, ses mimiques et ses modulations de voix ne sont pas sans rappeler un certain Coluche et permettent de maintenir notre attention intacte jusqu’à la fin !
Et malgré un bouquet final de dynamisme et de bonne humeur qui pourrait bien vous donner envie de vous lever pour danser avec les comédiens, on reste un peu sur notre faim…

Un bon moment de divertissement tout de même autour du thème très actuel de l’amour au travail.

Court sucré ou long sans sucre ?
De Sylvie Audcoeur, David Basant, Bruno Chapelle et Olivier Yéni
Mise en scène : Jean-Luc Moreau
Avec Sylvie Audcoeur, Bruno Chapelle, Pierre-Jean Cherer, Martyne Visciano, Didier Constant.

À la Comédie Bastille
Du mardi au samedi à 21h, et le samedi et dimanche à 17h.
Jusqu’au 30 mars.

Lire aussi :

Emilia: parfois le mal d’amour peut devenir meurtrier….

Clôture de l’amour : une brillante performance dont vous ne sortirez pas indemne

L’expérience civilisatrice des Jésuites du Paraguay: un drame de conscience

On attend tous Godot…Mais qui est-il ?

La vie rêvée des profs : une caricature tout juste distrayante

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à