fbpx

L’expérience civilisatrice des Jésuites du Paraguay: un drame de conscience

par

Par Florence Gopikian Yérémian –bscnews.fr/ An de grâce 1767 – Un émissaire du roi d’Espagne arrive au sein du Collège jésuite d’Asunción implanté au Paraguay. La confrérie ignacienne qui y réside depuis le début du XVIIe siècle a fait preuve d’une telle efficacité dans sa mission qu’elle y a constitué un véritable état théocratique: une centaine de pères jésuites règnent spirituellement et matériellement sur cent cinquante mille indiens guaranis!

Ces autochtones ont été évangélisés pacifiquement et sédentarisés dans des Réductions si bien organisées que ces dernières s’autogèrent en pratiquant la culture du thé et son exportation. Une telle réussite déplait naturellement aux colons espagnols qui accusent les clercs de concurrencer leur commerce et d’exploiter de façon illicite des mines d’argent sans en faire profiter la couronne d’Espagne…
Un jugement est donc réclamé auquel prennent part le Père Provincial, les colons ainsi que Don Pedro de Miura, l’envoyé du roi. Malgré le manque de preuves, ce dernier décide de dissoudre définitivement la Compagnie de Jésus : les pères sont expulsés du Paraguay, les Réductions saisies et les indiens misérablement réduits à l’esclavage. Tous les chefs d’accusation sont, bien sûr, injustifiés mais il est de notoriété publique qu’en ce bas-monde l’on ne contrarie pas inopinément les puissants, qu’ils soient temporels ou spirituels : les Grands d’Espagne ne peuvent tolérer la souveraineté de cette « expérience jésuite civilisatrice », quant à Rome, l’autorité papale ne conçoit pas qu’un ordre puisse avoir l’audace d’offrir le bonheur terrestre à ses fidèles: cette mission n’appartient qu’a Dieu en son paradis céleste!
Face à une telle incohérence, le Père Provincial se retrouve pris en étau: doit-il se rebeller ou doublement se soumettre au vœu d’obéissance qui lie son ordre au pape et sa personne au roi? S’il refuse d’obéir à ses supérieurs, cet homme trahit sa foi et sa couronne ; s’il admet ses fautes et laisse les Guaranis aux mains des négriers, il abandonne ses ouailles et récuse toutes les valeurs chrétiennes qui l’ont amené à créer cet incroyable Royaume de Dieu.

Afin de mettre en scène ce terrible « drame de conscience », Loïc Gautelier a fait appel à seize comédiens. Au fil des interrogatoires et des audiences successives, il nous permet d’assister en temps réel aux querelles de chapelles et aux étonnants retournements de situation mettant en évidence la jalousie des petits esprits face à la grandeur d’âme d’une poignée d’hommes de foi.
Discrètement vêtu de son froc noir, Bernard Sender incarne avec une grande humilité le révérend Père provincial. Entièrement investi de sa mission théâtrale autant que religieuse, il insuffle à son personnage une attitude pleine de ferveur qui passe alternativement de la soumission à la résistance. Oscillant entre ses convictions d’homme et son devoir de jésuite, il fait douloureusement face aux accusations illicites de l’envoyé du roi remarquablement interprété par Alain Pretin. Souriant et faussement complice, ce dernier mène, de son coté, une danse subtilement diplomatique. Malgré sa force apparente, l’on perçoit chez cet individu un malaise intérieur: lorsqu’il brûle le véritable verdict et lui substitue un faux édit royal sacrifiant les jésuites, il sait pertinemment que cet acte consume parallèlement le peu de foi chrétienne qui lui restait encore. A travers d’infimes chancèlements, on le sent alors prêt à entamer un confiteor pour solliciter le pardon de Dieu.
Autour de ces deux figures antagonistes évolue toute une palette d’autres protagonistes: Yves Jouffroy tient avec habileté le rôle du Señor Querini qui dissimule ses fonctions de Légat de Rome sous un accoutrement de petit bourgeois; Guillaume Tavi confère une grande finesse de traits et d’attitude à Clarke, ce père procureur pétri d’une si séduisante rigueur; quant à Djahîz Gil, il incarne avec panache Herr Cornelis, le seul « intrus » de la pièce : calviniste et Hollandais, ce voyageur apporte un plaisant décalage au sein de cette ruche de catholiques espagnols. Son cynisme et son insolence ont le mérite de colorer ponctuellement l’aspect sombre et dramatique de cette pièce en soutane. Même si l’on regrette les balbutiements des colons espagnols, le manque de fougue du chef de l’armée jésuite et le côté faussement clinquant de l’évêque de Buenos Aires, on apprécie la conviction de la troupe théâtrale des Passagers du Rêve ainsi que la présence authentique des deux indiens Guarani du Paraguay (Silvio Lopez et Hadi Rassi).

Durant près de deux heures, ces artistes parviennent à nous plonger au cœur d’un important épisode historique qui n’a quasiment plus refait surface depuis son adaptation cinématographique en 1986 dans le film Mission. La version théâtrale de Loïc Gautelier revêt une approche plus pédagogique du texte originellement écrit par l’auteur autrichien Hochwälder : de façon simple et didactique, il met en avant l’ingéniosité des Jésuites, leur mission éducatrice ainsi que l’avant-gardisme de leur organisation sociale qui n’a pratiquement connu aucune équivalence au cours de l’histoire chrétienne. On déplore néanmoins son approche un peu simpliste et manichéenne opposant les gentils Jésuites face aux méchants colons. La Compagnie de Jésus n’était pas sans défauts: l’ensemble de la congrégation étant soumis aux ordres d’un seul père, ce système utopique ne pouvait être aussi tolérant ou démocratique que le montre la pièce. Quoiqu’il en soit, « Sur la terre comme au ciel » possède un écho très actuel: elle souligne l’inaltérabilité du pouvoir établi, fouille les recoins de l’âme humaine, déstabilise la foi et dénonce la fausseté du monde. Elle fait cela avec un humour « à la jésuite »: à la fois contenu et intelligent.
On aimerait fournir une salle plus grande à ses interprètes afin de leur permettre d’argumenter d’avantage ce prêche théâtral.

Sur la terre comme au ciel
D’après la pièce « Das Heilige Experiment » de Fritz Hochwälder
Mise en scène: Loïc Gautelier et Elsa Davoine
Avec : Damien Carlot, Jacques Duval, Julien Carpentier, Djahiz Gil, Yves Jouffroy, Jean-Pierre de Lavarene, Silvio Lopez, Alfred Luciani, Gustavo Meza, Jean-Dominique Peltier, Alain Prétin, Alain Piacentino, Hadi Rassi, Philippe Renom, Bernard Sender, Guillaume Tavi, Ludovic Coquin.

Théâtre de Ménilmontant
15, rue du Retrait – Paris 20e
Métro: Gambetta

Tous les mercredis à 20h45 jusqu’au 30 Avril
Réservations: 0146369860

A lire aussi:

On attend tous Godot…Mais qui est-il ?

La vie rêvée des profs : une caricature tout juste distrayante

Isabeau de R : une artiste de one-woman-show « à suivre »

Dom Juan d’Arnaud Denis ? Un délice baroque à se damner !

Vous rappelez-vous de l’affaire Politkovskaïa ? Autopsie d’un carnage…

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à