fbpx

L’intégrale de Shakespeare en 80 min? C’est possible, et en plus c’est bien !

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Un complot se trame sur la scène du Funambule! Iago n’en démord pas: fidèle à sa nature jalouse et machiavélique, le voici allié à Hamlet pour destituer César en poussant Cléopâtre dans les bras de Roméo… À première vue, ce scénario apocryphe peut vous sembler un peu confus mais il n’en est rien. Cette pièce farfelue mise en scène par Mélissa Gardet est un pur divertissement « montypythonesque » en hommage à Shakespeare! Mélangeant respectueusement toutes les œuvres du grand William, Mélissa a enfanté d’une nouvelle épopée débordante de clins d’œil et d’extravagances. De façon tout à fait aléatoire, on passe d’Hamlet à Othello ou même de la Tempête à Richard III.

Quels que soient les lieux ou les époques, ces personnages notoires se confrontent avec une évidence désarmante et chamboulent toutes leurs destinées respectives: Cléopâtre s’éprend de Roméo qui laisse tomber Juliette pour aimer Ophélia! Tout est prétexte au rire: la démarche de profil de la reine d’Egypte, le coffre à jouets d’où sortent les acteurs, le bonnet de nuit du Grand César ou les entrechats du séduisant Roméo qui n’hésite pas à traverser la Manche pour déclamer du Molière!
Dans cette grande farce truffée de blagues et parfaitement rodée, les comédiens s’amusent autant que leur public: passant d’une chorégraphie de Pulp Fiction à une réplique de Dark Vador, ils quittent le plateau, s’adressent en aparté aux spectateurs et flirtent de bon cœur avec le burlesque et l’auto dérision. La scène culte où Ophélie (Amélie Helel) interprète le rôle du « mur » séparant l’irrévérencieux Roméo de Cléopâtre est à conserver dans les annales du rire!
Au cœur de cette troupe enthousiaste et totalement déjantée, on adore aussi les instincts meurtriers de Manon Boudou : les yeux pochés et la bouche biaiseuse, elle nous offre un Iago des plus maléfiques qui ne quitte pas son poignard hitchcockien. Face à cette créature perfide, Nicolas Guillemot incarne un César des plus cocasses : paradant en pyjama ou faisant son jogging en toge et basquettes, il transforme le Grand Jules en un véritable bouffon. Aux côtés de ce triste sire, l’opulente Marlène Vulliet (Cléopâtre) nous fait songer à une ogresse loufoque. S’accaparant la scène de ses bras généreux, elle impose outrageusement son talent et sa frivolité. Dans un tout autre registre Ronan Pécout apporte une grâce comique à la pièce : paré de ses collants fins et de son petit chignon, ce bellâtre de Roméo séduit l’assistance aussi bien par ses charmes que par son humour indolent. On se demande d’ailleurs comment César lui-même ne s’en est pas amouraché…
Le cirque Shake Speare ? Une tornade de bonne humeur et de bon humour qui mériterait une version british pour continuer ses représentations de l’autre côté du Channel !

Shake Speare


Mise en scène Mélissa Gardet


Avec la Compagnie du Mouton noir : Anthony Allard, Manon Boudou, Nicolas Guillemot, Amélie Helle, Ronan Pécout et Marlène Vulliet.



Funambule Montmartre 
53, rue des Saules – Paris 18e 
M° Lamarck-Caulaincourt



Du 5 mars au 26 avril 2014
 / Du mercredi au samedi à 21h30


Réservations: 0142238883


A lire aussi:

Une petite fille privilégiée : l’émouvante interprétation de Magali Helias

Hullu ? Un spectacle troublant à deux pas de la sorcellerie !

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit : la mise en scène de Sébastien Bonnabel au rythme des chansons d’Elvis

Des couples échangistes chez Paul Claudel ? Oh my God!

Des couples échangistes chez Paul Claudel ? Oh my God!

Chat en poche: un vaudeville à miauler de rire!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à