fbpx

Danse, théâtre et humour féroce pour raconter les maux de la société malienne

par

Par Laurence Biava – bscnews.fr/ 
En solidarité internationale et en solidarité artistique francophone avec le Mali et la Centrafrique, les événements «Afriques à Paris » ont mis en lumière l’énergie, la vitalité, l’enthousiasme artistique de ces deux pays, au-delà de la difficile situation politique et économique actuelle.

Ces événements et ces représentations théâtrales s’inscrivent dans le cadre de leur reconstruction totale afin que la production artistique redevienne autonome et que le Centre culturel « le Blonba » à Bamako puisse à nouveau ouvrir les portes de ses salles en offrant quelques spectacles. (la crise politique de mars 2012 a bloqué toute l’activité du pays et a eu malheureusement raison de cet unique et exceptionnel équipement unique en Afrique de l’Ouest, dont disposait Blonba).

Ala te sunogo – Dieu ne dort pas- est présenté au Grand Parquet depuis le début mars. C’était un spectacle prémonitoire, qui, dès avant les événements, racontait par le théâtre et la danse contemporaine comment les maux de la société malienne entrainaient la fermeture d’une entreprise artistique. Rétrospectivement, deux ans plus tard, alors qu’il peut à nouveau être joué ici en France, il prend une activité saisissante et retrouve un sens nouveau, grâce à l’amitié et la complicité des organisateurs du Grand Parquet.

Solo, un jeune muet vit et dort dans la rue. Goundo, la fille de Bougouniéré en est émue. Elle demande à sa mère de l’héberger. Une connivence s’établit entre Solo et Goundo. La jeune fille comprend que la danse est le langage du jeune muet. Elle lit dans ses gestes et s’en fait l’interprète. Mais Bougouniéré veut se débarrasser du jeune homme, qui pèse sur son budget et provoque un intérêt trop insistant chez sa fille. Elle tente de le faire engager comme danseur par Cheikna, un opérateur culturel de la place, alors qu’il est en proie à des attaques incessantes. Koteso, un centre culturel qu’il a fondé et qui a prospéré, provoque beaucoup de jalousies. Harcelé par les impôts, la concurrence et par une administration corrompue, il est acculé.

Formidable spectacle dont la création, on l’aura compris, a été interrompue par le coup d’état du 22 mars 2012. On comprend, grâce notamment aux prestations admirables des acteurs, combien la société malienne en crise, souffre. Le spectacle jouit d’un humour féroce et tente de dissimuler les failles d’un système totalement moribond.

 Bravo à l’équipe artistique : Diarrah Sanogo, Souleymane Sanogo, Tidiani Ndiaye, Adama Bagayoko, Alimata Baldé, Ramsès Damarifa, Jean-Louis Sagot-Duvauroux et Nadji Yacouba Traoré, qui ont réussi l’exploit de faire monter sur scène tous les spectateurs, afin de danser avec eux !

Les Afriques au Grand Parquet

Du 6 au 30 Mars 2014 dans le cadre de l’événement « Solidarité artistique internationale », Le Grand Parquet, L’Espace Linga Tere, le Naïf Théâtre et BlonBa vous invite à deux spectacles sous le thème « Les Afriques ».


« A la te sunogo, Dieu ne dort pas »
Un spectacle théâtral et chorégraphique de BlonBa
Jeudi, vendredi et samedi à 21h et dimanche à 17h)

« Songo la rencontre »
Texte et mise en scène Richard Demarcy et Vincent Mambachaka
Jeudi, vendredi et samedi à 19h et dimanche à 15h

Informations pratiques:
Le Grand Parquet – Paris 18ème.
Jardin d’Eole, 35 rue d’Aubervilliers
01 40 05 01 50
billetterie@legrandparquet.net

A lire aussi:

L’intégrale de Shakespeare en 80 min? C’est possible, et en plus c’est bien !

Une petite fille privilégiée : l’émouvante interprétation de Magali Helias

Hullu ? Un spectacle troublant à deux pas de la sorcellerie !

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit : la mise en scène de Sébastien Bonnabel au rythme des chansons d’Elvis

Des couples échangistes chez Paul Claudel ? Oh my God!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à