fbpx

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit : la mise en scène de Sébastien Bonnabel au rythme des chansons d’Elvis

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ Des « chercheurs d’or », c’est ainsi qu’ils se définissent. Dan et son jeune frère Ivan profanent en réalité des tombes pour piller les morts. Ils espèrent pouvoir un jour rejoindre la Suisse pour y faire des placements financiers et y couler des jours heureux.

Et puis une nuit d’été, un coup de feu, et tout bascule. Dan devient alors spectateur de son propre enterrement qu’il nous commente. Il y a son père, son ex – enceinte de sept mois et habillée en robe de mariée dans une ultime tentative de le provoquer -, Ivan et sa fiancée Laurie, et puis aussi Juste, un poète alsacien loufoque en quête de jeunes femmes.
Tout au long du spectacle, un guitariste accompagne également les comédiens qui évoluent au rythme des chansons d’Elvis et du drame que Dan nous raconte. Des allers-retours se font entre le passé et le présent tandis qu’une intimité et une complicité fortes se créent avec le public. C’est une réalité sombre et violente, faite de situations parfois absurdes, parfois tendres, où certains s’aiment et d’autres se déchirent, où l’amour cotoie la plus brutale des solitudes, où la réalité et l’illusion se confrontent dans une mise en scène ingénieuse. Chacun de ces personnages atypiques est confronté à la mort, et pourtant, sur scène, c’est la vie qui l’emporte. Le jeu des comédiens se veut extrêmement réaliste, peut-être parfois un peu trop ce qui peut se révéler déroutant et donner une impression d’à peu près. On rit, on est surpris, touchés, attendris par ces comédiens engagés qui interprètent avec beaucoup de naturel et de spontanéité des rôles hauts en couleurs.

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit
De Fabrice Melquiot
Mise en scène : Sébastien Bonnabel
Avec Eric Chantelauze, Florent Chesne, Marie Hennerez, Philippe De Monts, Kévin Rouxel, Barbara Le Toux
Crédit-photo: DR

Au Vingtième Théâtre, à Paris
Du 06 au 09 mars 2014

A lire aussi:

L’échange : des couples échangistes chez Paul Claudel ? Oh my God!

Chat en poche: un vaudeville à miauler de rire!

BASH : un triptyque de la violence ordinaire

La maladie de la mort : une quête hautement métaphorique où le numérique prend une place de taille

La tragédie du belge ou l’amour absurde

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à