fbpx

Le temps d’une lessive pour se laver d’un passé douloureux

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/ Un temps de lessive, soit 40 min environ. Un instant souvent propice à la flânerie de l’esprit et au rêve… Le regard en direction du tambour, on apprécie le mouvement circulaire et hypnotique qui nous mène à l’évasion.

« Bibi », comme elle aime se qualifier, préfère s’agiter, se plaindre et refaire le monde ; elle aime partager avec nous public (ayant investi de façon inopinée son appartement) ses questionnements, et toutes sortes de réflexions en rapport avec sa mixité. En effet, Bibi est métisse, moitié noire américaine, moitié blanche italienne, un mélange des plus sensuels puisqu’il fait d’elle cette femme charmante au regard pétillant, aux cheveux frisés et à la peau colorée. Elle est café au lait, elle est un « entre deux » et…. elle se cherche en somme, car elles est refusée des deux parts. Trop noire pour être italienne, trop claire pour être « négresse », c’est aussi comme cela qu’elle aime se nommer. De son passif et des souffrances qui en découlent, Daisy Miotello en a fait un seul en scène bourré d’humour – mais attention ! derrière chaque rire, il y a une épine non plus vénéneuse mais qui l’a été en son temps. C’est peut-être sur ce point que l’on mettra en garde le spectateur : sur la quantité de jeux de mots en rapport avec la négritude qui ont tendance à rendre paranoïaque : « blanc comme un cul », « travailler au noir », « broyer du noir »… Auxquels s’ajoutent nombre de stéréotypes qui viennent « noircir le tableau »

Un regard mitigé donc sur ce spectacle qui se veut thérapeutique et bien-pensant. Il est tout de même une touche d’espoir dans une société qui entend la différence mais qui a du mal à l’accepter.

Le temps d’une lessive par une négresse italienne
De Jean Marc Chastel et Emmanuel Lenormand
Avec Daisy Miotello
A L’Archipel du mercredi 5 mars 2014 
au samedi 26 avril 2014

A lire aussi:

Les Kids de Charlot: une revue cocasse et vagabonde

Stefan Zweig joue les martyrs en exil

Les vaisseaux du coeur : une pièce toute en poésie, sur les flots de l’amour

Le mec de la tombe d’à côté : une adaptation théâtrale décevante du roman suédois

La nuit des piranhas : un carnaval révolutionnaire dans un commissariat de banlieue

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à