fbpx

Les vaisseaux du coeur : une pièce toute en poésie, sur les flots de l’amour

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ Le rideau s’ouvre sur une scène à l’univers épuré, élégant et vaporeux, du décor fait de voilages blancs aux subtils jeux de lumières, en passant par la tenue claire de la comédienne qui nous emmène en voyage dans le temps…

1948. Ses 18 ans. La bretagne. Le souvenir d’une rencontre, d’un soir où tout bascule. Elle, intellectuelle parisienne, étudiante en lettres classiques, douce et élégante. Lui, marin breton, fils de paysans pauvres, rustre et maladroit. Une histoire d’amour presque improbable, passionnée pourtant, de celles qui n’existent que par leur impossibilité à « être » vraiment. Un lien charnel qui résiste au temps et à l’absence ; ils s’aiment et puis se quittent, se retrouvent quelques mois, quelques années plus tard, à l’autre bout du monde parfois, pour s’aimer comme au premier jour et se quitter encore… Chacun est marié de son côté, pourtant c’est comme un appel silencieux, quand les corps s’attirent et que les âmes se reconnaissent sans plus se soucier des différences, de tout ce qui sépare… Une passion dévorante, essentiellement racontée sur le ton de la narration par Josiane Pinson, avec beaucoup de douceur, de spontanéité et un soupçon d’un humour assez cru qui contraste efficacement avec le reste de son personnage. La comédienne incarne avec beaucoup de finesse l’audace de cette jeune femme libre et indépendante, son aptitude coupable à vivre dans l’immédiat. Si le personnage de son « cormoran », comme elle l’appelle tendrement, peut sembler un peu caricaturé, Serge Riaboukine ne l’interprète pas moins avec beaucoup d’authenticité et de franc parlé.
Le charme opère, dans cette adaptation théâtrale toute en poésie du roman de Benoîte Groult, et on se laisse porter avec beaucoup de plaisir sur les flots d’une histoire d’amour au thème tellement universel.

Les vaisseaux du coeur
De Benoîte Groult
Mise en scène : Jean-Luc Tardieu
Avec Josiane Pinson et Serge Riaboukine

Au Théâtre du Petit Montparnasse.
Du mardi au samedi à 19h, et le dimanche à 17h.
Jusqu’au 30 mars 2014

A lire aussi:

Le mec de la tombe d’à côté : une adaptation théâtrale décevante du roman suédois

La nuit des piranhas : un carnaval révolutionnaire dans un commissariat de banlieue

Confidences profanes au fil des vagues

Ionesco mis en scène par une compagnie normande avec un acteur british ! Absurde dites-vous? Pas du tout. Juste déjanté!

Des fleurs pour Algernon : le monologue époustouflant de Grégory Gadebois

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à