fbpx

Histoire : la réhabilitation de Foch

par

Par Régis Sully – bscnews.fr/ «… l’art de diriger consiste dans la capacité à agir de telle sorte que les autres vous suivent. En tant que généralissime , Foch mena les armées alliées victorieuses jusqu’au wagon de Rethondes, le 11 novembre 1918.»
C’est une des qualités que l’auteur, universitaire australienne , reconnaît à Ferdinand Foch dont l’action est analysée de 1914 à 1918 au coeur du premier conflit mondial.

Ce livre n’est donc pas une biographie mais la description d’une ascension d’un cheminement, voire d’un apprentissage au contact des réalités de la guerre, d’un général de division au début du conflit jusqu’au commandement suprême des forces alliées en mars 1918. Dès août 14, il s’illustre en Lorraine à la tête du 20e d’armée même s’il prend quelques libertés avec les ordres. A la tête de la 9e armée il s’illustre encore dans la bataille de la Marne. C’est donc logiquement que Joffre, commandant en chef, le prend comme adjoint pour le front nord où va se dérouler la course à la mer. Là, il y est remarquable et gagne une grande notoriété auprès des Britanniques et des Belges. Foch apprend à coordonner les trois armées et ce n’est pas chose facile. Il apprend également le bon usage des réserves et des renforts. L’élaboration des actions militaires, les rencontres avec les hauts gradés militaires voire avec le roi des Belges ne doivent pas laisser penser aux lecteurs que Foch et ses semblables sont éloignés des dures réalités de la guerre et donc insensibles aux conséquences terribles qui en résultent dans les familles endeuillées. Ainsi Foch perd dès le début de la guerre son fils et son gendre. Reste que son style volontaire et sa foi inébranlable en la victoire en font une valeur sûre chez les militaires. Mais que de chemin parcouru pour celui qui avait enseigné à l’école de guerre que l’offensive est plus adaptée à la puissance de feu alors que depuis le début du conflit il excelle dans la défensive.
Fin 1914, il est remarqué par les dirigeants politiques français: il rencontre, entre autres, Poincaré,le Président de la République il tisse des liens avec un sénateur dont l’ascension le servira : Georges Clemenceau. D’ailleurs un des intérêts du livre autre que le rôle joué par Foch, est la présence dans ce conflit des hommes politiques que ce soit des parlementaires au travers des commissions ou des membres du gouvernement. Les civils n’abdiquent pas devant les militaires. Le lecteur suivra avec intérêt la montée au sein de la hiérarchie de Foch: mai 1917 il est nommé chef d’Etat major de l’armée tandis que Pétain se voit confier le commandement en chef des armées. Une sourde rivalité ne manquera pas de surgir entre les deux hommes. Le couronnement de sa carrière est atteint en 1918, il est choisi comme généralissime des armées alliées sur le front occidental et à ce titre il joue un rôle fondamental dans la victoire finale sur l’empire allemand. Auparavant il avait élevé à la dignité de maréchal de France ( 7 août 1918 ).
Son rôle ne s’arrête pas là, il est sollicité par Clemenceau pour élaborer les clauses de l’armistice demandé par l’Allemagne. Le lecteur prend conscience de la responsabilité de Foch et des décideurs politiques dans ce moment crucial L’armistice est-il prématuré? Ne faut-il pas écraser l’armée allemande et envahir son territoire pour rendre tout redressement ultérieur impossible? Mais à quel prix? Est-ce que cela aurait été suffisant pour empêcher le retour d’une Allemagne dominatrice?
Foch est présent le 11 novembre à Rethondes dans le wagon pour signer l’arrêt des combats, mais il est absent lors de la signature du traité de Versailles le 28 juin 1919 marquant ainsi sa désapprobation. Le livre s’arrête là, sauf que l’édition française comporte une postface intitulée Foch et Pétain: deux maréchaux.
Pétain n’en sort pas à son avantage. Intéressant de bout en bout, les derniers chapitres et la postface sont passionnants. La réhabilitation de Foch est réussie. A lire.

Foch, chef de guerre
Elizabeth Greenhalgh
Editions Tallandier ( 2013)
Prix : 29,90 €

A lire aussi:

La Grande Guerre : Avancer comme des somnambules vers la guerre

France : L’histoire est-elle mal enseignée ?

Les historiens de garde: une mise en garde adressée au public féru d’histoire

1914 : « Leurs noms composent la longue et douloureuse préface du XX ème siècle »

Histoire : L’Europe entre Hitler et Staline

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à