fbpx

Le cercle des illusionnistes: Et si la vie se devait de nous surprendre?

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/ Une fois de plus Alexis Michalik nous enchante et nous entraîne dans un spectacle à tiroirs, où dans chacun d’eux se cachent un secret, une vérité, un passé, un présent et un futur qu’on nous laisse envisager.

En 1984, alors que se déroule le championnat d’Europe des Nations, Décembre vole un sac dans le métro. Dans ce sac, il trouve la photo d’Avril jolie. Il la rappelle, ils se rencontrent dans un café. Il va lui raconter l’histoire de Jean Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur, magicien du XIX eme siècle. Cette histoire les mènera tous les deux sous le coffre de la BNP du boulevard des Italiens, dans le theatre disparu de Robert- Houdin, devant la roulotte d’un escamoteur, derrière les circuits du Turc mécanique, aux prémices du kinetographe et à travers le cercle des illusionnistes. En effet la vie n’est pas une ligne droite, un trait régulier sur lequel on pourrait se reposer, c’est un cercle qui nous fait tourner, nous bouleverse pour nous offrir tout le champs des possibles.
Les acteurs incarnent plusieurs personnages et cela à plusieurs époques, on y croise des anonymes, d’autres plus connus tel Georges Meliès ; le voyage dans le temps est incessant et ajusté de telle façon que l’on suit ces glissements avec intérêt, curiosité et sans gène aucune. Les costumes se mettent, se lèvent, s’ajustent et s’enchaînent, les décors basculent et les spectateurs sont indubitablement pris dans un tourbillon chronologique et spatial avec en tête cette volonté de ne pas perdre le fil conducteur et de résoudre l’énigme latente. Qui est qui? Quelles sont les correspondances? Pourquoi? Cette dernière interrogation est certainement la plus importante : pourquoi vouloir lier le passé à notre présent? Pourquoi vouloir élucider un mystère ? Pourquoi vouloir tout bouleverser pour reconstruire? Rebattre les cartes pour un jeux meilleur! Est-ce le destin?
La réponse est donnée en filigrane dans ce conte théâtral des plus exquis; le conteur présent sur tous les tableaux nous donne à réfléchir:  » Dans la vie, il y a trois catégories de personnes, celles qui savent, celles qui cherchent et celles qui ne veulent pas savoir. Tout est une affaire de perception » . Une pièce poétique, historique et diaboliquement addictive où, pris au jeu, on n’en ressort que plus heureux.

Le cercle des illusionnistes
Création d’Alexis Michalik
Avec Jeanne Arènes, Maud Baecker, Michel Derville, Arnaud Dupont, Vincent Joncquez et Mathieu Metral

À la Pépinière Theatre / Du mardi au samedi à 20h30 et le samedi à 16h.

A lire aussi:

La Compagnie du Matamore nous offre un quatuor racinien sobre et mélodique

Le rocher : Une pièce sur l’identité personnelle, le respect de soi et de l’autre

Alex Vizorek : Un spectacle déjanté et vivant sur les oeuvres d’art

Destins croisés de femmes amoureuses : une pièce délicate et intemporelle

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à