fbpx

Azimut : une maïeutique circassienne aussi délicate que spectaculaire

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Le saviez-vous? Les acrobates marocains sont appelés  » Les enfants de Sidi Ahmed Ou Moussa » ; érudit soufi du 16eme siècle né à Fès, le tombeau de cet illustre sage continue d’être un lieu de pèlerinage. L’acrobatie marocaine est ainsi liée au soufisme, née d’une « pratique rituelle berbère, composée de figures circulaires et pyramidales ».

Aurélien Bory a donc choisi ,dans Azimut, de revenir avec le groupe acrobatique de Tanger à l’une des questions centrales du soufisme, celle du chemin. Ainsi la légende raconte que Sidi Ahmed Ou Moussa, une fois parvenu au ciel, a tout de même choisi de revenir vers la Terre-Mère. Aurélien Bory a donc pris  » le motif du retour comme élément principal de l’écriture « .
Délicieusement poétique et mystique, Azimut est un hommage au mouvement, au jour et à la nuit, à la vie – de la naissance à la mort- , au spirituel et à l’harmonie des choses. Les chants soufis, les jeux de lumière, les décors et mystérieuses machineries présentes s’unissent pour offrir un écrin superbe propre à la méditation extatique. Si Aurelien Bory reprend le même principe d’effets de voilage superbes de Taoub ( spectacle qu’il avait créé en 2004 avec la même troupe), donnant à voir ici une chaîne de montagnes, là des effets de transparence étonnants, ou réutilise encore le procédé des amoncellements de corps qui s’entremêlent et/ou s’entrelacent pour former d’étonnantes formes gesticulantes, il stimule également l’imagination du spectateur avec d’autres effets visuels : les êtres penchés qui défient la gravité, l’homme qui marche au plafond, les roues vertigineuses où les corps deviennent d’époustouflantes rosaces colorées…
Maïeutique aussi délicate que spectaculaire, Azimut est un voyage visuel mémorable durant lequel l’âme se laisse flotter au vent, exécute des ascensions harmonieuses, frissonne en chœur de fraternité et de complicité inter-culturelle…À voir impérativement !

Azimut
Compagnie 111 – Aurélien Bory / Groupe acrobatique de Tanger
Conception, scénographie, mise en scène Aurélien Bory
Avec les artistes du Groupe acrobatique de Tanger Najib El Maïmouni Idrissi, Mustapha Aït Ouarakmane, Mohammed Hammich, Amal Hammich, Yassine Srasi, Achraf Mohammed Châaban, Adel Châaban, Abdelaziz El Haddad, Samir Lâaroussi, Younes Yemlahi, Jamila Abdellaoui
Chef du Groupe acrobatique de Tanger Younes Hammich

Dates de représentation:

– Mardi 4 février, 20h à Opéra Berlioz / Le Corum – Montpellier Danse
– 14 février 2014 > 15 février 2014 à VALENCIENNES – Le Phénix, scène nationale
– 22 mars 2014 à MONTBELIARD – MA, scène nationale
– 28 mars 2014 > 30 mars 2014 à SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES – Scène nationale
– 17 avril 2014 à TOULON – Théâtre Liberté
– 15 mai 2014 > 16 mai 2014 à LA ROCHELLE – La Coursive, scène nationale
– 22 mai 2014 > 29 juin 2014 à PARIS – Théâtre du Rond-Point

A lire aussi:

Taoub : l’humour et la poésie enthousiasmants du Groupe Acrobatique de Tanger

Cirque: L’Orage et le Cerf-volant d’après le Sacre du Printemps

Le dialogue musical insolite entre un jongleur et un percussionniste

Suisse : le carré infernal d’Hans Was Heiri

Timber! : La puissance circassienne des bûcherons québécois au son du banjo

Symphonik : Sous le chapiteau, le cirque d’Arlette Gruss et son univers enchanteur

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à