fbpx

Le dialogue musical insolite entre un jongleur et un percussionniste

par

Par Florence Gopikian Yeremian – bscnews.fr/ Imaginez une scène sombre parsemée de totems elliptiques et de culbutos géants.

Deux hommes s’y avancent lentement, bercés par le bruit du vent. Armés de longs bâtons, ils évoluent en silence avec des gestes coulants et précis comme ceux des gondoliers vénitiens. Soudain, ils s’arrêtent et prennent place autour d’un étrange instrument gisant sur le sol. Face à ce xylophone d’un autre temps commence alors un singulier dialogue entre un jongleur (Jérôme Thomas) et un musicien (Roland Auzet). Tapant rageusement des poings sur de larges lattes de bois, ces deux partenaires entament une mélodie combative, se répondant l’un et l’autre par des sons crescendo, de plus en plus précipités. Tels deux grands bonobos, souples et joueurs, ils bondissent ensuite pieds nus vers d’autres champs musicaux qu’ils vont explorer tout au long de leur spectacle: boules carillonnantes, ombrelles à cliquetis, œufs grelots…
Chacune de ces incroyables mécaniques présentes sur la scène a été soigneusement conçue par un luthier qui mériterait aussi d’avoir son nom – Robert Hébrard – sur l’affiche. Telles des boites à musiques rapportées de la Renaissance, ces inventions sont porteuses de sonorités magiques qui troublent nos sens et nous emportent agréablement vers des territoires insulaires. En entendant leurs tintements aquatiques et leurs vibrations sourdes, on s’imagine à Bali, Java ou dans les forets de bambous de Sumatra; notre esprit lévite sur des partitions tribales et l’on se perd progressivement parmi les jeux d’ombres et de miroirs qui enveloppent la scène.
Au cœur de toutes ces illusions visuelles et sonores, Jérôme Thomas et Roland Auzet parviennent parfaitement à faire fusionner leurs univers respectifs : Art du cirque et percussion s’entremêlent ainsi à chacun de leur geste. Tandis que l’un bat la cadence avec des sonnettes ou crée des rythmes en trainant sa chaise, l’autre entame une chorégraphie insolite ou se met à dribbler frénétiquement avec de petites balles blanches. Faisant preuve d’une endurance et d’une adresse incroyables, ces deux artistes se permettent de jongler avec tout ce qui leur tombe sous la main : des boules, des plumes, des tambourins et pour faire rire leur public, ils réussissent même à jongler avec les yeux!
On ressort de cette exploration sonore et poétique avec des grelots et des bruissements métalliques pleins les oreilles. A découvrir seul ou avec vos enfants ! Le spectacle ne dure qu’une heure.

Deux hommes jonglaient dans leur tête
Roland Auzet (percussionniste, compositeur, metteur en scène) & Jérôme Thomas (Jongleur)
Durée : 55 minutes

Théâtre Le Monfort
106, rue Brancion – Paris 15e

Du 14 janvier au 1er février 2014
Du mardi au samedi à 20h45
Matinée le jeudi à 14h30
Réservation : 0156083388

Crédit-photo: DR

A lire aussi:

Suisse : le carré infernal d’Hans Was Heiri

Timber! : La puissance circassienne des bûcherons québécois au son du banjo

Symphonik : Sous le chapiteau, le cirque d’Arlette Gruss et son univers enchanteur

Mañana es Mañana : une création à l’âme poétique et au coeur voyageur

Le Cirque invisible : Place à la poésie et aux métamorphoses !

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à