fbpx

Racine par la racine : un rendez-vous cocasse des Alexandrins Anonymes

par
Partagez l'article !

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Accros de l’hémistiche, passionnés d’élans tragiques, dépendants des alexandrins, fanatiques des amours impossibles et des drames familiaux…Racine par la racine est pour vous! Avec une approche très pédalogique – qui en fait donc un spectacle IDEAL pour les lycéens – Serge Bourhis décortique l’univers racinien sans négliger l’humour ( qui manque cruellement dans l’oeuvre du dramaturge , reconnaissons-le) et nous présente en accéléré les onze tragédies qui ont fait sa pérennité.

Partagez l'article !

Puisqu’on parle de théâtre, la mise en abîme est de rigueur et les quatre comédiens n’ont de cesse de chahuter l’illusion théâtrale : la situation de départ est simple; nous assistons aux répétitions d’une troupe dont un des membres manque à l’appel. La toge est de rigueur puisque Racine a puisé essentiellement son inspiration dans l’antiquité, l’éloquence et la grandiloquence s’imposent mais parfois, pour faire mieux saisir un concept, le metteur en scène n’hésite pas aussi à moderniser le texte initial ou encore à monter Esther et Athalie façon Broadway. Si l’atmosphère et les situations mises en place sont parfois un peu potaches, le canevas dans sa globalité est intelligent et réussit à faire retenir quelques notions essentielles de l’oeuvre de Racine; les jeux de mots sont de surcroît bien trouvés et l’on a tout de même récurremment l’occasion d’entendre le vers classique se déployer sur scène – l’on applaudira particulièrement l’interprétation juste et touchante du monologue de Phèdre à l’acte II scène 3 par Alberto Lombardo. Racine par la racine? déjà presque un classique au Festival d’Avignon!

 » Tout t’afflige et te nuit et conspire à te nuire ? Tu ne te soutiens plus?
Ta force t’abandonne?
 Tes genoux tremblants se dérobent sous toi?
 Tous ces vains ornements, tous ces voiles te pèsent? Toi aussi tu préfèrerais être assis(e) à l’ombre des forêts? De l’amour tu as toutes les fureurs ? Ne tarde plus, rejoins- nous
 Aux Alexandrins Anonymes
 12 rue Racine
 Séance tous les douze de chaque mois, A douze heures précises ! »

Une production : La Caravane Rouge
Ecrite et mise en scène par Serge Bourhis
Avec: Guillaume Dollinger, Héloïse Lacroix, Cécile Le Guellec, Alberto Lombardo
Costumes : Marion Lachaud

Dates de représentation:
– Du 8 au 31 juillet 2013, tous les jours à 14 h 25 
au Théâtre Essaïon-Avignon ( 33, rue de la Carreterie – 84000 Avignon )

– Du 15 septembre au 3 décembre 2013 à 20h au Théâtre de l’Essaion ( 75004 Paris)

– Au Festival d’Avignon Off 2014 – Essaïon Avignon – 15h50

A lire aussi:

Qui es-tu Fritz Haber ? : La science et la morale en question au Festival d’Avignon

Übü Kiràly : l’humour gras, l’absurde et la provocation ceints de finnois et de papier

Pertinent et drôle : les picards donnent dans la Dispute

Le Richard II éclaboussant de virtuosité du Berliner Ensemble

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à