The Grandmaster : Le dernier chef d’œuvre de Wong Kar-Wai

par
Partagez l'article !

Par Candice Nicolas – bscnews.fr / Le 7 février, Tony Leung et Ziyi Zhang se joignent à Wong Kar Wai pour la première internationale du « Grandmaster » au Berlinale Palast. Tony Leung est l’un des meilleurs acteurs hongkongais de sa génération. Il a très souvent été dirigé par Wong Kar Wai, déjà en 1994 dans « Les Cendres du Temps » et le génial « Chungking Express », puis dans le fameux « Happy Together », le grandiose « In the Mood for Love » qui lui a valu le prix du meilleur acteur à Cannes, et dans « 2046 ». Il a aussi joué sous la direction de John Woo et d’Ang Lee, fraîchement récompensé aux Oscars pour son « Odysée de Pi ». À ce jour, son rôle de Ip Man est celui qui lui aura demandé le plus gros effort physique. Ziyi Zhang, découverte dans « Tigre et dragon » (2000) d’Ang Lee toujours, puis mondialement médiatisée par les « Mémoires d’une Geisha » (2004), elle a aussi travaillé avec Wong Kar Wai dans « 2046 ». D’une beauté délicate et d’une force exceptionnelle, elle allie la grâce et la souplesse de la danseuse à la puissance du combattant, et s’imposait comme choix évident pour incarner le style fluide et circulaire du maître Bagua.

Partagez l'article !

Le dernier chef d’œuvre de Wong Kar Wai aura demandé presque dix ans de travail pour enfin voir le jour. Et quel résultat ! Un film de Kung Fu pas comme les autres, extraordinaire de beauté et de sensualité aussi bien dans les performances que dans la réalisation. En 1936, la Chine vit de graves heures, déchirée entre les soulèvements politiques et la menace de la scission, alors que les Japonais ont envahi la Mandchourie. Le « Grandmaster », Gong Baosen (Wang Qingxiang) est le leader incontesté du monde des arts martiaux du Nord. Il est le premier à avoir combiné en une seule école les arts martiaux de style « Xing Yi » – qui met en scène des katas inspirés de la gestuelle animale – et de style « Bagua » –basé lui sur les hexagrammes du I Ching (ou Yi-King), texte ésotérique ancien. Maître Gong n’a jamais perdu un seul combat de sa vie, mais peu concerné par sa gloire personnelle, il s’est surtout consacré à l’expansion d’une nouvelle génération de maîtres …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à