fbpx

Les amours oubliables d’Othello et de Desdémone

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Générale © Jean-Claude AZRIA/ S’il est une mise en scène que l’on ne pourra pas jalouser, ce sera celle de Razerka Ben Sadia -Lavant pour ses Amours vulnérables de Desdémone et d’Othello.

A l’ouverture, dès les remontrances aigries du sénateur vénitien Brabantio, on se surprend déjà à penser que le pire est à venir ,qu’on va être ligoté 2h45 devant une représentation pétrie de maladresses amateuristes…Immédiatement déjà on perçoit les inégalités ahurissantes de qualité de jeu entre les comédiens. En outre, Sapho chante en lisant son texte, les costumes sont aussi grotesques que peu seyants et les intermèdes dansés font pléonasme. Si Othello est un Maure physiquement charismatique, son jeu est catastrophique et à la mort de Desdémone, il réussit même à faire rire le public, rendu un peu nerveux depuis 2h30 d’inepties théâtrales. Que l’idée de choisir le rappeur et écrivain Disiz ait pu s’avérer judicieuse, personne n’en doute. Le résultat n’en est cependant pas concluant et l’inquiétant Othello ,métamorphosé en meurtrier par la jalousie qui le ronge, devient grotesque dans la peau d’un comédien qui ne réussit pas à « entrer  » dans son personnage. Une pièce ratée donc que ne sauve pas le formidable Denis Lavant qui incarne avec pertinence et singularité le traître Iago. Littéralement habité par ce personnage vil et vengeur qui manipule la candeur et la transforme en poison, l’acteur détonne au milieu de cette troupe hétéroclite et sans talent remarquable. Un bémol pour Clovis Fouin (Cassio) qui séduit par sa fraîcheur et son côté militaire au grand coeur. Par fortune, Denis Lavant ne quitte que peu souvent le plateau et rend cette tragédie plus digeste. Et puis, pour ceux qui s’étonneront d’avoir tenu bon, soulignons simplement qu’heureusement il y avait….Shakespeare!

De Manuel Piolat Soleymat et Razerka Ben Sadia-Lavant
 ,librement inspiré de
 Othello, le Maure de Venise de Shakespeare



Conception et mise en scène :
Razerka Ben Sadia-Lavant – 
assistants à la mise en scène :
Soline De Warren et Alexandre de Ganay


Dramaturgie: 
Razerka Ben Sadia-Lavant et Pierre Lauret


Scénographie: 
Laurent P. Berger
Accessoires
 :Jane Joyet


Costumes: 
Eric Martin 
Réalisation des costumes
 :Anna Hagmann assistée par Eloïse Descombes et
 Sarah Luiggi

Lumières
 :Jaufré Thumerel
 Chorégraphie des combats
: Reda Oumouzoune 
Chorégraphie
 :Terese Acevedo et Alexandre Théry


Musique: 
Mehdi Haddab et Sapho



Avec Teresa Acevedo, Bianca et les Djinns ; 
Disiz, Othello
; Clovis Fouin, Cassio; 
Alexandra Fournier, Desdémone; 
Denis Lavant, Iago
; Reda Oumouzoune, Lodovico; Montano, 
Sapho; Le doge, 
Bruno Sermonne; Brabantio (Le Père), 
Claire Sermonne; Emilia
 ; Alexandre Théry, Roderigo.
Chant
: Sapho
 oud
Mehdi Haddab

Spectacle créé en mars 2013 au Théâtre de Nîmes

Les Dates de représentation en 2013

-Les 12,13 et 14 mars au Théâtre de Nîmes ( Création)

-Les 19,20 et 21 mars à la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau

-Les 26 et 27 mars au Théâtre Liberté à Toulon

-Les 9 et 10 avril à l’Espace des Arts à Chalon-sur-Saône

-Le 12 avril à La Ferme des Bel Ebat à Guyancourt

-Le 16 avril au Théâtre de l’Archipel – Scène Nationale de Perpignan

-Du 14 au 29 septembre : reprise au Théâtre Nanterre-Amandiers

A découvrir aussi:

Benjamin Lazar : un artiste éclairé à l’esthétique baroque

Didier Gauduchon : quand les pinceaux se mettent en scène

Les géants d’ocres pâles : un conte pour enfants mis en scène par Christelle Mélen

Jean-Marie Besset, Gilbert Desveaux et L’importance d’être sérieux

Didier Galas : « L’idée de se masquer, c’est peut-être d’abord pour se démasquer vraiment. »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à