fbpx

Masques, marivaudages et amours galvaudées

par

Par Julie Cadilhacbscnews.fr/Crédit-photo:D.Grappe/ Ah! exquis lieu que le théâtre où l’on voit les fripons sans scrupule punis de leur mauvaise conduite! Quel plaisir d’entendre la voix d’une femme du XVIIIème siècle s’émanciper et se rebeller contre les mariages arrangés et leur statut d’objet « domestique »!

Dans la Fausse suivante , l’élégant verbe de Marivaux exprime avec modernité les prémisses de la Révolution et la virtuosité de sa dramaturgie fait entendre encore l’impétuosité et l’énergie des Comédiens Italiens.

Nadia Vonderheyden a transposé la pièce lors d’un bal masqué et c’est donc dans une atmosphère de carnaval que tombent les masques : paradoxe tout aussi délicieux que pertinent. En effet, le chevalier est une femme libre qui parle mieux que jamais de sa condition de femme dans son vêtement d’homme: Laure Mathis incarne avec justesse ce rôle protéiforme dans lequel elle est tour à tour jeune promise, soubrette espiègle et chevalier. Julien Flament est un Trivelin désopilant, roublard, menteur, trompé lui-même par le travestissement du chevalier; Arnaud Troalic s’avère un Lélio pertinent dont les artifices et le masque mondain sont déjoués lui aussi par le faux chevalier. Catherine Baugué incarne une Comtesse dont la superficialité et la légèreté cachent une femme sensible et finalement moins idiote qu’on ne le croyait. Avec la complicité d’une superbe scénographie, les illusions se mettent au service de la vérité. Le spectateur se laisse prendre à l’atmosphère frivole et fantaisiste du « couloir » d’arrière-scène où déambulent des protagonistes costumés et masqués et la ruse n’est que plus efficace. Il est vrai que le texte est -à certaines minutes – un peu sacrifié à l’ambiance et se fait mal entendre : la langue marivaudienne n’est pas toujours facile et la prononciation parfois s’oublie dans l’énergie du geste ou du déplacement…et si la première scène a un je ne sais quoi d’artificiel et de faux, la troupe offre sur la longueur une fort agréable distraction que nous vous conseillons vivement !

La Fausse suivante ou le Fourbe puni de Marivaux

Mise en scène: Nadia Vonderheyden

Avec Mohand Azzoug, Catherine Baugué, Julien Flament, Laure Mathis, Arnaud Troalic, Nadia Vonderheyden

Scénographie: Nadia Vonderheyden et Christian Tirole

Dramaturgie: Michèle Antiphon

Lumière: Ronan Cahoreau-Gallier

Son: Jean-Louis Imbert

Costumes: Eric Guérin

Dates de représentation:

– 30 NOV ET 1ER DÉCEMBRE / THÉÂTRE DE BÉZIERS – SORTIE OUEST
– DU 4 AU 6 DÉCEMBRE / MAISON DE LA CULTURE, BOURGES
– 18 DÉCEMBRE / LA PASSERELLE, GAP
– DU 8 AU 12 JANVIER / THÉÂTRE DE LA CROIX-ROUSSE, LYON
– DU 15 JANVIER AU 2 FÉVRIER / TNB, RENNES
– 5 ET 6 FÉVRIER / HIPPODROME, DOUAI
– DU 19 AU 21 FÉVRIER / ESPACE MALRAUX, CHAMBÉRY

A voir aussi:

Imbéciles! Ne voyez- vous donc pas que l’humanité est en voie d’extinction?

Pierre Molinier : le verbe choc d’un homme en talons

Bordeaux : l’invitation au rêve lucide du Tnba

De beaux lendemains : sous une pluie de flocons, le témoignage poignant de rescapés fantômes

François Morel : un bourgeois félé à la cour zélée

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à