fbpx

Livre : l’intimité complexe des humains et des animaux

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr / « Ils feront de grands gestes. Ne répondront pas à mes questions. Ils essayeront d’y répondre, oui ils essayeront, mais ce sera plus fort qu’eux, ils se perdront en chemin. Et tout le reste viendra s’étaler là (…) Leurs histoires, leurs vies en désordre. Ils croient parler de la maladie du chien, du chat ou du lapin nain, mais c’est d’eux qu’ils parlent bien sûr. De leurs plaies, de leurs bosses, de leurs fractures et de leurs contusions. Ils déballent tout ça, chargés de panique, de larmes et d’angoisses. »

Voici un livre qui aborde d’une façon toute singulière et sensible la richesse et la complexité des liens qui unissent humains et animaux. En une vingtaine d’histoires courtes, nous suivons un vétérinaire urgentiste au gré de ses visites nocturnes à travers la capitale et sa banlieue. A son propre témoignage viennent s’entremêler la voix des animaux, qui prennent la parole – de façon parfois sévère – pour exprimer leur ressenti, ainsi que celle des maîtres dévoilant leurs propres souffrances, leurs folies parfois.
« Enfin, je coûte cher. Ce n’est pas de ma faute, à moi. Ce n’est pas moi qui ai décrété qu’il fallait les vaccinations, la vermifugation, la stérilisation, le tatouage, et aussi le toilettage, le détartrage, les croquettes… Une petite fortune. Tout ça n’est pas de ma faute. Mais voilà… ils n’avaient pas pensé à tout ça. »
La mort et la souffrance de ces bêtes à poils et à plumes font ainsi écho à la solitude, l’excès d’amour, l’inconscience parfois de leurs maîtres.
Ce sont des portraits bouleversants, teintés d’amertume, de sombre ironie et de tendresse que nous dresse – d’une manière parfois crue – le vétérinaire. Témoin privilégié d’une intimité souvent déchirante, celui-ci s’efforce néanmoins de ne jamais juger, absorbant avec empathie les émotions vives de ces êtres en souffrance. Un poids parfois lourd, trop lourd à porter.
« Toi tu as l’habitude. Tu passes et tu observes. Toutes les nuits il y a des histoires, et des vies qui s’arrêtent, un qui te file sous les doigts. Toutes les nuits des souvenirs, et des confidences. Un déchirement, et puis un vide. Et souvent un fardeau à prendre sur les bras. La brièveté de la vie, tu ne l’oublies jamais. »
Un livre profondément humain et émouvant, récompensé du prix littéraire 30 millions d’amis 2011

Erwann Créac’h
Carnivores
Editions Edite


À lire aussi :

Christian Laborde : la sensibilité au beau sexe

Napoléon : un dictionnaire amoureux et sans concession

Esquisses : un numéro qui pose le problème du silence

Théâtre : la vengeance d’Edward Albee

Les pelles : comment elles peuvent vous sauver

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à